In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • France in Flux: Space, Territory, and Contemporary Culture by Ari J. Blatt and Edward Welch
  • Anne Cirella-Urrutia
Ari J. Blatt & Edward Welch. France in Flux: Space, Territory, and Contemporary Culture. Liverpool, UK: Liverpool University Press, 2019. v + 221pp.

Dans leur collectif scindé en huit chapitres, Ari J. Blatt et Edward Welch montrent comment les concepts de géographie et de topographie sont inscrits dans des œuvres photographiques, filmiques et littéraires produites et réalisées depuis 1980. Ces multiples inscriptions révèlent cet “âge de flux” (expression de l’écrivain et voyageur Sylvain Tesson); la nature en constante mutation des infrastructures territoriales françaises et les effets qu’elle opère sur ses habitants (6). Dans les chapitres 1 et 8, ils retracent l’historique de la Délégation à l’Aménagement du Territoire et de l’Action Régionale (DATAR) créée en 1963 et celui de la Mission photographique (1984–1989) avec la publication d’un imposant volume constitué de 29 contributions et de 2000 photos paysages intitulé Paysages Photographies : en France les années quatre-vingt (1983). Au succès de cette prérogative où la photographie/documentaire devient synonyme d’aménagement territorial se succèdent la création de l’Observatoire des paysages (http://observatoiredespaysages.fr/) en 1991 et de France(s) Territoire Liquide (http://francesterritoireliquide.fr/) en 2011; collectifs constitués de 46 photographes. Ensemble, ils effectuent des prises de vue sur un territoire donné qui sont par la suite ré-photographiées afin de comprendre les évolutions du paysage français (193–195). Le déploiement de ces missions photo-graphiques est ponctué en 2013 par la digitalisation d’une banque d’images (http://missionphoto.datar.gouv.fr/) en tant que mémoire photographique du “territoire infranational” (187).

Dans le chapitre 2, Derek Schilling analyse trois documentaires filmiques qui mettent en exergue le phénomène pernicieux de “délocalisation”(36) survenu au sein de certaines régions françaises et qui ont pour imaginaire l’usine vide. Dans Et la Vie (1991), Denis Gheerbrant parcourt [End Page 453] le Pas-de-de Calais, Marne-la-Vallée et Marseille, enquêtant auprès d’ouvriers en marge des lieux du tournage. Dans Silence dans la vallée (2007), Marcel Trillat nous emmène dans les aciéries Thomé-Cromback situées à Nouzonville en Ardennes à travers une narration de type multigénérationnelle. Grâce à des témoignages singuliers, on y apprend que ces aciéries déjà closes en 1996, connaissent une reprise provisoire pour cesser toute activité en 2007. Schilling couronne le chapitre en examinant le monde minier de la vallée de la Fensch dans le documentaire autobiographique d’Abdallah Badis intitulé Le chemin noir (2012). Les corons y constituent un véritable patrimoine révélateur d’une entité ouvrière arabo-berbère jusqu’alors ignorée.

Les chapitres 3 et 7 nous transportent dans des espaces ruraux, réduisant ainsi la distance entre territoires ruraux et urbains. Alison. J. Murray Levine rend hommage au réalisateur Raymond Depardon qui filme des paysans menacés de disparaître sous l’effet des mutations économiques. Sa trilogie Profils paysans : l’approche (2001), Profils paysans : le quotidien (2005), et Profils paysans : la vie moderne (2008) fait partie de cette vague de documentaires politiques où les espaces deviennent “habités” (73). Dans le documentaire Les Fils de la terre (2012) du journaliste-reporter Édouard Bergeon, Murray Levine brosse le portrait de paysans français qui luttent pour conserver leurs exploitations. Comment la campagne est-elle décrite dans le roman de Jean Rolin intitulé Les Événements ? C’est aux traces des changements dans le paysage, urbain ou rural, que s’attache le récit fait alternativement à la première personne par le narrateur qui traverse la France et à la troisième personne par un commentateur non-identifié. Cette traversée de Paris à Port-de-Bouc via la Beauce, la Sologne et l’Auvergne, relève pour Joshua Armstrong d’une topographie qu’il qualifie de “pseudo campagne” (166).

Les chapitres 4 et 5 abordent le rapport que l’espace urbain entretient avec les communaut...

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 453-455
Launched on MUSE
2020-06-05
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.