Abstract

Le ParK de Bruce Bégout est une fiction dystopique où la logique du divertissement est poussée à ses limites, si bien que les personnages qui s'y trouvent sont réduits à diverses fonctions. Ils ne sont des personnages que par défaut, des personnages sans individualité propre. Dépourvus de volition, ils exécutent un script où le libre arbitre est réduit à sa plus simple expression: le choix d'un divertissement. Cet article interroge comment Le ParK, en grossissant les traits de ce que serait une société de contrôle, renverse le rapport romanesque entre les lieux et les personnages, l'action et la description, et, ultimement, entre l'affirmation individuelle et la sujétion.

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 126-137
Launched on MUSE
2014-03-07
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.