In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

ANDRE CARPENTIER '" Ecrire des nouvelles fantastiques au Quebec: ecrire dans une triple marginalite Je fais la besogne difficile et fatigante de mettre en ordre rna propre pensee, rna propre dietee. Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts Monologuer sur sa propre pratique d'ecriture litteraire et sur ses contrarietes constitue une entreprise pour Ie moins hasardeuse, car chacun sait par avance que Ie sujet, mouvant s'il en est, ne eomblera jarnais sa beance. J'invite done Ie lecteur am'aceompagner dans une pensee morceIee, une pensee en devenir, in progress. Le titre de cet article propose l'observation de trois problematiques: ecrire des nouvelles, ecrire dans Ie champ fantastique et ecrire au Quebec. Abordons-les dans cet ordre. ECRIRE DES NOUVELLES Pour rnoi la nouvelle permet, de par son caractere succinct, de retablir d'entree de jeu des petits faits hurnains au rang d'experiences essentielles. Monette, 198T 60. On aura remarque, dans ce premier sOlls-titre, qu'il est precise: ecrire des nouvelles - au pluriel. C'est que, pour moi, etre nouvellier signifie se Cet article constitue 1a version figee par l'ecriture d'une conference en trois parties qui fut dOIUlee aune vingtaine de reprises al'exterieur du Quebec, devant des lecteurs etrangers s'interessant ala litterature quebecoise. On comprendra pourquoi, d'une part, je m'attarde a des faits socio-historiques generalement connus des Quebecois (surtout en troisieme partie) et, d'autre part, pourquoi i1 reprend des passages d'articles pams au Quebec en milieu francophone. Cette premiere partie,parexemple, reorganise quelques idees developpees dans trois articles: « Commencer et finir souvent », dans La nouvelle: ecriture(s) et lecturers), s.la du. de Agnes Whitfield et Jacques Cotnam, Montreal, Toronto, XYZ editeur, Editions du GREF, 1993; « Postface sur 1a face cachee de la nouvelle», dans La nouvelle quebecoise au secondaire, s. la dir. de Claude Belcourt, Montreal, XYZ editeur, 1994; et « Le recuei1 de nouvelles », en collaboration avec Denis Sauve, dans La nouvelle au Quebec, de ses debuts a1985, s. la dir. de Frant;ois Gallays et Robert Vigneault, Ottawa, Archives des Lettres canadiennes, Presses de l'Universite d'Ottawa, 1997. UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 69, NUMBER 4, FALL 2000 ECRIRE DES NOUVELLES FANTASTIQUES AU QUEBEC 765 mettre dans un processus qui consiste a ecrire des fictions breves. La posture du nouvellier l'engage it choisir 1a multiplicite, a fracturer sans relache son ecriture. De fait, Ie nouvellier est deliberement producteur de fragments. Sa contrainte, pour reprendre une expression qui m'est chere, c'est de commencer et de finir souvent. Ons'entendrapour dire qU'une nouvelle ou unpoeme ne fait pas Ie nouvellier ou Ie poete, alors qu'un roman fait Ie romancier. Comme si Ie titre d'auteur etait lie a l'unite de publication, au livre, «ce monstre de la totalite» (Barthes, 1975: 182). Historiquement, en effet,la fiction breve fut marquee des ses origines medievales, comme Ie note Paul Zumthor, par«une aspiration au regroupement» (Zumthor, 1972: 404), qui plus est, par«1'etablissement de liens organiques entre les recits» (ibid.), de fa~on ace qu'ils soient per~us comme les elements d'un ensemble. Le recueil de nouvelles exige done une double demarche: production de nouvelles comme objets singuliers, et production d'une serie sous forme de recueil. La premiere fait valoir une certaine autonomie de 1a nouvelle; la seconde, }'obligation institutionnelle et commerciaIe, done editoriale, de les regrouper. II y a ainsi ala fois un genre court de 1a nouvelle: la fiction breve elle-meme, et un genre long: Ie recueil. Voila donc un premier aspect de la vie litteraire a l'egard duquel je choisis de me mettre en marge. Ie dirais que je suis de ces auteurs qui n'ecrivent pas des livres, mais qui en donnent apublier par la force des choses. Quand j'eeris des nouvelles, ce n'est jamais dans la perspective inunediate de la publicationsous forme de livre. J'ecris dans Ie court terme de la fiction breve elle-meme plutot que sous l'empire du long terme du livre. Mais profitons de cette distinction pour preciser, justement, que Ia nouvelle ne vient jamais seuIe, malgre Ie desir que I'on puisse en avoir. La...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 764-782
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.