In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

SCIENCES HUMAINES 559 tion anamorphique dans la piece de Dalpe. Nutting soumet ensuite I'hypothese que Fragments d'une lettre d'adieu Ius par des geologues de Normand Chaurette «suit, du moins en apparence, Ie modele redipien du tragique qui consiste a jeter de la lumiere sur une enigme jusqu'alors insoluble; [...] dans la piece de Chaurette, cependant [...], I'entreprise hermeneutique ne revele aucune verite cachee. Au contraire, elle s'abime dans son propre processus». Le texte de Chaurette deplace constamment Ie sens, Ie detoume. Aussi, ce qui offre un contrepoint au tragique dans Fragments d'une lettre d'adieu Ius pardes geologues, c'est I'humour, aspectpeu souligne,mais qui revient implicitement, par Ie rapprochement du texte de Chaurette de ceux de Beckett ou Ionesco: «si on peut continuer a parler de tragedie, c'est d'abord dans Ie sens (et dans Ie non-sens) de I'anti-tragedie, c'est-a-dire du theatre de I'absurde [...] ». L'anti-tragedie s'accompagne ainsi d'une anti-theatralite ludique. Le tragique dans Ie thtifitre quebecois et canadien-fran,ais de Stephanie Nutting offre des analyses detailiees de six pieces de theatre rassemblees en raison de leur rattachement ala tragedie ou au tragique. Si certains pourraient lui reprocher de ne pas tenir compte suffisamment de la theatralite des textes aJ'Hude et de leur rapport a la representation theatrale , ils seraient forces d'admettre que I'etude de I'esthetique dramatique et de la tragedie que propose Nutting montre bien a quel point iI est essentiel de continuer alire les pieces de theatre pour ce qU'elles sont: des textes litteraires. (PASCAL RIENDEAU) Michele Nevert, La petite vie ou les entrailles d'un peuple Montreal, XYZ editeur, colI. Documents, 2000, 200 p., 24,95$ La petitevie, comedie de situation quebecoise diffusee au petitecransur une periode de sept ans, continue de faire couler de I'encre bien au dela de son episode final en 1999. Cocasses, surrealistes (dans Le Devoir, on decrit la famille Pare comme «Ies Plouffe... sur I'acide »), les scenarios signes par ClaudeMeunier epatent sur une grande echelle. L'ampleurdu phenomene justifie a lui seul,sansaucun doute, I'etudede la structureetdu fonctionnement de I'emission. Sous Ie regard analytique et admiratif de Nevert, la serie revet I'aspect rutilant d'un mecanisme de pointe. L'essayiste identifie d'abord les «moteurs principaux» des episodes- les relations interpersonnelles et Ie rapport au langage - avant de demonter soigneusement les grands rouages dont chaque piece confirme Ie genie de la construction globale. Au chapitre des relations interpersonnelles, on voit comment Meunier fait fi des conventions de la vraisemblance en faisant evoluer ses personnages dans un temps fixe et dans un lieu marque uniquement par la television comme lieu de fiction. Ensuite, I'auteure passe en revue les UNIVERSITY OF TORONTO QUARTERLY, VOLUME 73, NUMBER 1, WINTER 2003/4 560 LETTERS IN CANADA 2002 particularitesrespectives des personnages qui,commel'espace-temps, sont Ii I'abri des transformations. II est aussi question du couple parental dont la dynamique se resume en un «va-et-vientd'offensives et d'assauts perpetuels » alimentes parla frustration sexuelle et des obsessionssingulieres (Ies .vidanges chez Popa, la dinde chez Moman). Nevert montre avec doigte et force illustrations comment ces memes tendances obsessionnelles relevent du principe de la repetition, qui constitue aussi la base de la coherence textuelle et discursive de la serieentiere. Les vidanges et la dinde circulent, reviennent au fil des episodes et aimantent les personnages. II en va de meme avecles dedoublements depersonnages etautres effets de miroirqui traversent I'ceuvre de Meunier de part en part. Mais c'est Ie geniteur du clan et de la serie, Popa Goue par Meunier luimeme ), qui demeure au centre de tout. Partout, Popa transgresse et transcende: «Si Popa est, de I'avis de tous, l'auteur de tous les maux, il est aussi, par Ie biais de Meunier, I'auteur de tous les liens».Du coup, Nevert met Ie doigt sur une situation irreductible. Les personnages ont beau vouloir se soustraire it I'emprise de Popa, iJs ne pourrontjamais se derober Ii l'autorite de leur createur. Or, cette aporie suscite une affirmation enigmatique de la part de I...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 559-561
Launched on MUSE
2014-07-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.