In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

© 2006 – Presses de l’Université du Québec Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec, Québec G1V 2M2 • Tél.: (418) 657-4399 – www.puq.ca Tiré de: Les conduites antisociales des filles, P. Verlaan et M. Déry (dir.), ISBN 2-7605-1424-2 • D1424N Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés notices biographiques Louise-Anne Beauregard a fait une maîtrise en psychoéducation et elle termine un doctorat en éducation à l’Université de Sherbrooke. Ses travaux de thèse portent sur l’adaptation psychosociale des adolescentes exposées aux abus familiaux ou au rejet des pairs dans l’enfance. Elle compte plusieurs années de travail d’intervention auprès de mères et d’enfants exposés à la violence conjugale et a travaillé à la conception et à la mise en œuvre de différents programmes d’intervention destinés à cette clientèle. Dahlia Ben-Dat Fisher est candidate au doctorat en psychologie clinique à l’Université de Concordia et associée au Centre de recherche sur le développement humain. Ses intérêts de recherche portent sur les trajectoires de développement de la psychopathologie et sur l’influence de l’axe HPA (hypothalamicpituitary -adrenal) sur le bien-être psychosocial des enfants et des adolescents. Thérèse Besnard est psychoéducatrice et étudiante au doctorat en éducation (domaine des inadaptations sociales de l’enfance) à l’Université de Sherbrooke. Elle s’intéresse à la prévention des problèmes d’adaptation psychosociale des enfants d’âge préscolaire et, en particulier, à l’intervention sur les interactions parents-enfants. Elle travaille et enseigne dans le domaine de la psycho- éducation et de la petite enfance depuis plusieurs années. Marc Bigras a obtenu un doctorat en sciences humaines appliquées de l’Université de Montréal. Il est professeur au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal et il est directeur général de l’Institut de recherche pour le développement social des jeunes. Ses intérêts de recherche portent sur les processus de socialisation à l’âge préscolaire. Docteur en psychologie de l’Université de Montréal, France Capuano est professeure au Département d’éducation et formation spécialisées de l’Universit é du Québec à Montréal. Elle s’intéresse particulièrement à la prévention © 2006 – Presses de l’Université du Québec Édifice Le Delta I, 2875, boul. Laurier, bureau 450, Québec, Québec G1V 2M2 • Tél.: (418) 657-4399 – www.puq.ca Tiré de: Les conduites antisociales des filles, P. Verlaan et M. Déry (dir.), ISBN 2-7605-1424-2 • D1424N Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés Les conduites antisociales des filles 442 des problèmes de comportement durant la période préscolaire. Elle a travaillé à la conception, à l’évaluation et à l’implantation de programmes de prévention en milieu familial, en milieu de garde et en milieu scolaire. Avshalom Caspi est professeur à l’Institut de psychiatrie du King’s College à Londres et professeur de psychologie à l’Université du Wisconsin à Madison (É.-U.). Ses travaux de recherche concernent la psychopathologie développementale , l’évaluation et la mesure de la personnalité ainsi que la psychologie de la santé. Il a reçu le Distinguished Scientific Award for Early Career Contribution de l’American Psychological Association (1995) et le John Hill Memorial Award de la Society for Research on Adolescence (2002). Marie-Noëlle Charbonneau est une professionnelle de recherche ayant coordonné plusieurs projets sur les conduites agressives des filles. Elle a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en psychoéducation de l’Université de Sherbrooke. Elle est psychoéducatrice dans un centre de santé et de services sociaux. Ses principaux intérêts professionnels concernent l’intervention auprès des jeunes et des familles en difficulté d’adaptation. Marie-Marthe Cousineau, Ph. D. en sociologie, est professeure titulaire à l’École de criminologie de l’Université de Montréal et chercheure associée au Centre international de criminologie comparée, à l’Institut de recherche pour le développement social des jeunes et au Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes. Ses intérêts portent, d’une part, sur les jeunes en difficulté (jeunes membres de gangs, jeunes en situation de rue, garçons et filles impliqués dans la prostitution, la délinquance , la toxicomanie) et sur...

pdf

Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.