In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Introduction Tout d’abord, ce texte met en perspective le débat sur la gouvernance, puis il raconte une expérience de recherche et d’application d’une approche de la gouvernance et fait ressortir son utilité politique dans un contexte donné2. En Amérique latine, trois expériences « indépendantes » de la gouvernance appliquée à des situations locales concrètes ont été répertoriées3. Il s’agit, d’une part, de la Bolivie et du Paraguay, de l’autre, du Nicaragua. Dans les deux premiers cas, ce sont des consultants internationaux de l’Institut international de la gouvernance d’Espagne qui ont mené les études, alors que dans le cas du Nicaragua, l’analyse a été conduite par une équipe de chercheurs locaux, ce qui a abouti à la mise en place d’un observatoire sur la gouvernance. Le débat sur le concept de gouvernance Au cours des quinze dernières années, le débat sur la gouvernance a évolué du conceptuel et du théorique vers des applications pra­ tiques. La quête de gouvernance comme solution politique aux problèmes institutionnels des pays en développement a inspiré Chapitre vii Parcours de recherche. Observatoire sur la gouvernance au Nicaragua Angel Saldomando1 180 Gouvernance et appropriation locale du développement des politiques spécifiques de réforme des institutions incarnées par de nombreux projets de coopération. Ainsi, dès le début des années 90, la bonne gouvernance est devenue une partie importante de la nouvelle conditionnalité, avant d’intégrer les programmes de réduction de la pauvreté. Une vaste littérature a accompagné cette évolution. Entre autres, il y a les rapports produits dans le cadre de projets de déve­ loppement et les documents de travail comme indicateurs capables d’asseoir le concept de manière opérationnelle et d’en mesurer les impacts. Les grandes institutions internationales, comme la Banque mondiale, ont consacré beaucoup d’efforts en ce sens. Les recherches en économie, en sociologie et en sciences politiques trouvèrent dans cette évolution un nouveau champ de réflexions et d’application. En particulier, l’économie institution­ nelle et l’économie politique ont trouvé par-là un nouveau souffle après des années de domination intellectuelle de l’orthodoxie néolibérale. Ainsi, la plupart des efforts de recherche sur la gou­ vernance ont été déployés par des institutions internationales et par des chercheurs universitaires principalement au Nord. Les résultats de leurs recherches ont servi, pour l’essentiel, à valider des modèles d’intervention et dans une moindre mesure à débattre ou à contester les analyses orthodoxes dominantes de ces dernières. Or, c’était une étape incontournable compte tenu de la nouveauté du concept et la conception renouvelée qu’il propose de l’État et de ses rapports à la société. À ce stade de la recherche, les références aux réalités concrètes des pays étaient soit de nature illustrative, soit de nature comparative d’après des modèles standards ou encore pour démontrer le bien-fondé du concept et convaincre de l’utilité de son application. Ainsi, le débat théorique et politique autour de ce concept, y compris sa modélisation statistique et mathématique, fut donc consacré à le justifier ou à le contester sans qu’un consensus ait pu s’établir comme référence internationale. En effet, les définitions avancées restent très controversées. Néanmoins, il s’est imposé au moyen de la coopération internationale au développement, notam­ ment à l’aide de la conditionnalité pratiquée par les institutions financières internationales. Parcours de recherche. Observatoire sur la gouvernance au Nicaragua 181 Entre 1992 et 2000, on dénombrait en Amérique latine quelque 90 projets de gouvernance, plus d’un millier en Europe de l’Est et plus de 300 en Asie et en Afrique. Il est donc impossible d’ignorer ce concept qui est de plus en plus présent dans le dis­ cours politique de nombreux gouvernements et leaders politiques des pays du Nord et du Sud soit pour justifier leurs politiques, soit pour expliquer leurs performances économiques ou encore pour caractériser les crises politiques et économiques auxquelles ils sont confrontés. On parlera alors de bonne ou de mauvaise gouvernance, mais sans que l’on sache très clairement quels sont les phénomènes spécifiques que recouvre cette notion. Les...

pdf

Additional Information

ISBN
9782760319035
Related ISBN
9782760307100
MARC Record
OCLC
793084044
Pages
240
Launched on MUSE
2012-01-01
Language
French
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.