In this Book

summary
La viabilité et la légitimité de l’État africain n’ont cessé d’être étudiées depuis la vague des indépendances des années 1960. Forgé par un processus exogène, cet État n’est pas le produit d’une dynamique sui generis comparable à celle qui a produit des États-nations puissants et orientés vers leur société en Europe. Économiquement faible, il est dépendant de l’extérieur pour assurer ses fonctions de base. Au pouvoir souvent par la force et non à la suite d’élections libres, ses dirigeants n’ont pas bâti un système politico-administratif de type wébérien. Il n’est donc pas étonnant que l’État africain ait été fréquemment qualifié de « failli », de « patrimonial », de « prédateur », d’« intégral », bref, d’institution en rupture avec la société. Pourtant, il s’est solidement enraciné ; ses politiques sont proclamées, ses symboles sont réaffirmés et ses frontières, bien qu’héritées de la colonisation, ont résisté. Le présent ouvrage révèle toutefois que le contexte dans lequel l’État africain évolue a profondément changé, notamment depuis l’ouverture démocratique des années 1990. L’environnement institutionnel est désormais marqué par une prolifération d’acteurs nouveaux, disputant le monopole de l’action publique à un État déjà inséré dans un système externe de contraintes et de ressources. L’État n’a plus la maîtrise unilatérale de la production de politiques publiques qui sont devenues des domaines partagés, mais cette situation ne l’affaiblit pas nécessairement. Les contributions réunies ici abordent cette nouvelle donne en explorant d’une façon originale, sur les plans local, national et international, son effet sur la substance et la légitimité de l’État africain.

Table of Contents

  1. Cover
  2. open access Download |
  1. Titre et Crédits
  2. pp. i-vi
  3. open access Download |
  1. Avant-propos
  2. pp. vii-x
  3. open access Download |
  1. Table des matières
  2. pp. xi-xvi
  3. open access Download |
  1. Liste des sigles
  2. pp. xvii-xviii
  3. open access Download |
  1. Introduction – La légitimité de l’État africain dans un contexte de coproduction de la gouvernance
  2. Mamoudou Gazibo
  3. pp. 1-8
  4. open access Download |
  1. Partie 1 – La régulation et la souveraineté
  2. pp. 9-10
  3. open access Download |
  1. Chapitre 1 – La construction de la nation sud-africaine
  2. Joanie Thibault-Couture
  3. pp. 11-38
  4. open access Download |
  1. Chapitre 2 – L’administration de la nature au nom de l’État
  2. Rozenn Nakanabo Diallo
  3. pp. 39-56
  4. open access Download |
  1. Chapitre 3 – La coproduction du droit
  2. Ousmane Koné
  3. pp. 57-80
  4. open access Download |
  1. Partie 2 – Le maintien de l’ordre et les services aux populations
  2. pp. 81-82
  3. open access Download |
  1. Chapitre 4 – Les crises africaines
  2. Kadidiatou Ali Gazibo
  3. pp. 83-102
  4. open access Download |
  1. Chapitre 5 – La coproduction des services publics
  2. Abou-Bakari Imorou
  3. pp. 103-126
  4. open access Download |
  1. Chapitre 6 – Les collectivités locales décentralisées
  2. Adolphe Codjo Kpatchavi
  3. pp. 127-144
  4. open access Download |
  1. Partie 3 – La gouvernance économique et le développement
  2. pp. 145-146
  3. open access Download |
  1. Chapitre 7 – La gouvernance du développement
  2. Ayemi Lawani
  3. pp. 147-166
  4. open access Download |
  1. Chapitre 8 – L’évaluation de la gouvernance en Afrique
  2. Anne E. Calvès et Maude Jodoin Léveillée
  3. pp. 167-182
  4. open access Download |
  1. Conclusion – L’État africain devant l’impératif
  2. Charles Moumouni
  3. pp. 183-188
  4. open access Download |
  1. Notices biographiques
  2. pp. 189-191
  3. open access Download |
  1. Quatrième de couverture
  2. p. 192
  3. open access Download |

Additional Information

ISBN
9782760547636
Related ISBN
9782760547629
MARC Record
OCLC
1019659713
Pages
210
Launched on MUSE
2018-01-18
Language
French
Open Access
Yes
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.