Abstract

ABSTRACT:

Beginning with the necessary question "Why me?," I look at a system which bars BIPOC bodies and theory. In her open letter to the US Black Studies academic community, Sylvia Wynter (1994) spoke about the problem of "no human involved" ("NHI") in the policing and incarceration of Black bodies as being pertinent for how Black studies was positioned institutionally. This same white supremacist governance and surveillance "NHI" exists in universities on both sides of the Atlantic. There is something very wrong with the system of which I am a part that persistently and consistently bars BIPOC bodies and theory and only avails our presence and thought a marginal position on the proviso that the status quo of whiteliness (Yancy 2008) is not disturbed. Nothing really changes in terms of anti-BIPOC racism. Rather, it remains strangely the white supremacist (settler) colonial same within Canadian race-evasive multiculturalism and UK 'post-race' racism.

RÉSUMÉ:

En partant de la nécessaire question « Pourquoi moi ? », je m'intéresse à un système qui demeure inaccessible aux corps et aux théories des personnes issues des minorités visibles ou culturelles. Dans une lettre ouverte à la communauté universitaire étatsunienne des études sur les Noir·e·s, Sylvia Wynter (1994) parlait du problème d'« absence d'intervention humaine » (no human involved, NHI) dans l'interpellation et l'incarcération des personnes noires, problème qu'elle jugeait utile pour comprendre la position des études sur les Noir·e·s dans l'université. Cette « absence d'intervention humaine » dans la gouvernance et la surveillance blanches et suprémacistes existe à l'université des deux côtés de l'Atlantique. Il y a quelque chose de très problématique dans le système dont je fais partie, qui interdit obstinément et sans relâche son accès aux personnes et aux théories issues des minorités visibles ou culturelles et n'accepte notre présence et nos idées que dans la marge, et à la condition qu'elles ne troublent pas le statuquo de la blanchité (Yancy, 2008). Rien ne change vraiment en ce qui concerne le racisme envers les minorités visibles ou culturelles. Curieusement, le racisme est toujours le même, colonial, blanc et suprémaciste (des pionniers), tant au sein du multiculturalisme canadien prompt à esquiver les questions de race que dans le racisme « postrace » qui a cours au Royaume-Uni.

pdf

Additional Information

ISSN
1916-0194
Print ISSN
1206-0143
Pages
pp. 185-192
Launched on MUSE
2022-05-11
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.