This is a preprint
Abstract

The pressures of the COVID-19 pandemic have led to a 60% decline in the scale of the academic job market in classics in Canada and the United States. Review of online job posting data stretching back to the mid-1990s shows that the health of this market correlates closely with that of the economy at large. While minor year-to-year economic fluctuations have a minimal impact on the job market in the long term, recessions fundamentally alter its character, with the market remaining depressed for years after the economy itself has recovered. Compounding this problem is the oversupply of PhDs flooding the market at present, a consequence of the long training period of graduate school, which keeps PhD output high for many years after a wave of undergraduate enrolment peaks. A third factor is the trend in academia to short-term positions with high teaching loads, which leads to fewer openings for permanent jobs and a diminished need for faculty. Taken together, current trends bode ill for the future of our discipline and pose an existential threat for many smaller programs.

Résumé

Les pressions exercées par la pandémie de COVID-19 ont entraîné une baisse de 60% du marché de l’emploi universitaire en études classiques au Canada et aux États-Unis. L’examen des données relatives aux offres d’emploi en ligne depuis le milieu des années 1990 montre que la santé de ce marché est en étroite corrélation avec celle de l’économie en général. Alors que de légères fluctuations économiques d’une année à l’autre ont un impact minime sur le marché de l’emploi à long terme, les récessions en modifient fondamentalement le caractère, le marché restant déprimé des années après la reprise de l’économie elle-même. Ce problème est aggravé par l'offre excédentaire de docteurs qui inondent le marché à l'heure actuelle, conséquence de la longueur des études supérieures, qui maintient la production de doctorats à un niveau élevé pendant de nombreuses années après une vague d'inscriptions au premier cycle. Un troisième facteur est la tendance en milieu universitaire à offrir des postes à court terme avec des charges d’enseignement élevées, ce qui entraîne une baisse dans la création d’emplois permanents et une diminution des besoins en professeurs. Prises ensemble, ces tendances actuelles sont de mauvais augure pour le futur de notre discipline et constituent une menace existentielle pour de nombreux petits programmes.

pdf

Additional Information

ISSN
1913-5416
Print ISSN
1496-9343
Launched on MUSE
2021-08-04
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.