Abstract

Abstract:

Cet article porte sur la didactique que Roland Barthes a conçue dans ses dernières années en tant que directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (1971–1976). Pendant cette période, Barthes a réfléchi sur l'enseignement, a publié des textes sur le sujet (comme « Écrivains, intellectuels, professeurs » et « Au séminaire ») et, surtout, a développé des stratégies expérimentales d'enseignement dans son séminaire. Pour comprendre cette conception didactique dans son ensemble, on renvoie, d'abord, aux « points de fugue » de son « séminaire rêvé » (le « non-savoir », les procédures littéraires et l'exposé pluriel), énoncés au séminaire de 1971–1972 (« Dix ans de sémiologie : la théorie du texte »), ensuite aux théoriciens qui ont servi de base pour son expérimentation pédagogique (Benveniste, Nietzsche et Bataille) et, finalement, aux activités les plus importantes des séminaires « Les problèmes de la thèse et la recherche » (1972–1973), « Le lexique de l'auteur » (1973–1974) et les deux séminaires sur « Le discours amoureux » (1974–1975 et 1975–1976), qui peuvent être considérés ses cours les plus radicaux. Cette description a été possible grâce à la consultation des notes manuscrites de cours au Fonds Roland Barthes, à la Bibliothèque Nationale de France, et aussi à la consultation d'archives personnelles et de textes des étudiants de Barthes.

Abstract:

This paper explores the didactic proposed by Roland Barthes at his last years as a director of studies at the École de Hautes Études en Sciences Sociales (1971–1976). During that period, Barthes reflected on teaching with his students, published texts on the subject (such as « Écrivains, Intellectuels, Professeurs » and « Au séminaire »), and, above all, developed experimental didactic strategies in his seminar. In order to understand that didactic conception of Barthes as a whole, we refer first to the "fugue points" of his "dreamed seminar" ("non-knowledge", literary procedures and plural presentation), announced at the seminar of 1971–1972 ("Ten years of semiology: the Theory of the Text"), then to the thinkers who served as a basis for his pedagogical experimentation (Benveniste, Nietzsche and Bataille) and, finally, to the subjects and the concrete activities proposed at the seminars "The problems of thesis and research" (1972–1973), "The lexicon of the author" (1973–1974) and the two seminars named "The loving speech" (1974–1975 and 1975–1976), which can be considered his most radical courses. This description was made possible by consulting Barthes' manuscripts, at the Bibliothèque Nationale de France, and also by consulting the personal archives and texts of Barthes' students, besides the published seminars by Editions du Seuil.

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 239-254
Launched on MUSE
2021-02-12
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.