Abstract

ABSTRACT/RÉSUMÉ:

Cet article revient sur quelques textes récents de Leslie Kaplan – et tout particulièrement Mathias et la Révolution (2016) – pour s'interroger sur ce qui reste de la puissance émancipatrice de la littérature à notre époque. Au-delà de l'enjeu mémoriel que représente Mai 68 et, plus largement, la reprise du grand récit révolutionnaire, il s'agit ici de montrer que la question de que ce peut encore l'écriture repose chez Kaplan sur une pratique à première vue paradoxale du lieu commun.

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 171-187
Launched on MUSE
2021-02-12
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.