Abstract

Abstract:

Notre article se propose d'analyser les approches du végétal pratiquées dans deux récits singuliers, Herbes et golems de Manuela Draeger, l'un des noms de plume d'Antoine Volodine (2012), et Ruines-de-Rome de Pierre Senges (2002). Il s'agit de mettre en évidence la subversion de la botanique et de sa taxonomie dans une double perspective, poétique et politique. Les deux récits jouent, en effet, sur le nom des plantes, réelles ou non, pour développer un imaginaire apocalyptique (Senges) ou une éthique de résistance (Volodine), dont le végétal devient protagoniste. Ce sont les modalités et les enjeux de ce décentrement qui seront explorés ici.

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 94-106
Launched on MUSE
2020-12-16
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.