Abstract

Abstract:

Célèbre pour son ton caricatural et satirique, le bédéiste suisse Zep adopte, dans The End (2018), une esthétique réaliste post-apocalyptique mêlant « science » et « fiction » pour mettre à jour la communication entre les arbres. Cet article explore la façon dont il défend à la fois l’« intelligence » des arbres et « l’intelligence subversive » de la bande dessinée. Tout en affirmant sa propre esthétique et poétique, sa collaboration avec le biologiste Francis Hallé permet de questionner les atouts du genre pour vulgariser certaines découvertes susceptibles d’altérer notre rapport au monde végétal, prônant une éthique plus respectueuse.

pdf

Additional Information

ISSN
1931-0234
Print ISSN
0014-0767
Pages
pp. 22-38
Launched on MUSE
2020-12-16
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.