Abstract

Résumé:

Cet article s'interroge sur les zones ambivalentes séparant, dans Les Années d'Annie Ernaux, les descriptions photographiques de la reprise de la narration. Il étaye l'hypothèse selon laquelle ces zones indécidables révèleraient, en marge de la finalité déclarée de l'œuvre – celle de constituer l'autobiographie d'une époque – un autre de ses enjeux cruciaux, et permettraient de lire Les Années comme le récit d'une vocation d'écrivain. Les Années serait dès lors à lire aussi comme le récit de son propre avènement. Cet aspect se manifesterait tout particulièrement par l'importance croissante des références à la Recherche proustienne, qui consiste en l'histoire de sa propre émergence.

Abstract:

This articles examines the ambivalent passages which separate, in Annie Ernaux's Les Années, the photographic descriptions from the narration. It supports the idea that these undefinable passages reveal, apart from he book's stated aim – constituting the autobiography of an era – another crucial issue allowing us to read Les Années as the story of a vocation as a writer. We should then read Les Années as the story of its own birth. This dimension becomes apparent in the book with the growing importance of references to Proust's Recherche, which tells the story of it's own emergence.

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 83-94
Launched on MUSE
2020-09-11
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.