Abstract

Abstract:

Dans toute ĺœuvre de Yasmina Reza, aussi bien théâtrale que romanesque, on constate certaines pulsions qui apparaissent de façon récurrente. Mais, s’il y a un trait caractéristique dans tous ses textes, c’est la violence. Ses personnages, tel des volcans apparemment éteints qui entrent soudain s en éruption, révélant très souvent une identité sauvage. Cette violence se manifeste surtout dans les espaces les plus intimes de la vie quotidienne et est très représentative de l’ère postmoderne, dans la mesure où elle résulte d’une nouvelle forme de construction de l’identité.

Ces personnages colériques ne sont pas seulement les protagonistes d’un monde où la violence est omniprésente, mais vont également venir remettre en question certaines valeurs défendues dans le discours postmoderne, telles que le "vivre ensemble" ou la notion de tolérance, qu’ils considèrent vides de sens, et appellent donc à s’en méfier. Dans les fictions de Reza, ce sont les groupes sociaux ayant apparemment reçu la meilleure éducation et appartenant certainement à l’élite de la civilisation occidentale qui vont présenter de façon plus accentuée cette espèce d’indifférence morale, typique de notre époque, ce que Zygmunt Bauman qualifia d’ “adiaphorisation”. Malgré leur comportement agressif, excessif et coléreux, les personnages habituels de Reza présentent une grande vulnérabilité, les exposant à la solitude et l’amertume

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 437-452
Launched on MUSE
2020-06-05
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.