In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Les Frontières racialisées de la littérature française. Contrôle au faciès et stratégies de passage by Sarah Burnautzki
  • Ninon Chavoz
Burnautzki, Sarah. Les Frontières racialisées de la littérature française. Contrôle au faciès et stratégies de passage. Paris, Honoré Champion, 2017. ISBN 9782745333469. 443 p.

Découlant directement d'une thèse soutenue en littérature française et en anthropologie sociale, le présent ouvrage propose l'étude de deux cas littéraires—celui de l'écrivain malien Yambo Ouologuem (1940–2017) et celui de l'écrivaine Marie NDiaye, née en 1967 à Pithiviers et ouvertement rétive à la qualification de "romancière francophone." Une troisième auteure, Bill Kouélany, née à Brazzaville en 1965, est annoncée dans les premières pages (25), mais disparaît ensuite complètement de l'essai.

À la fois chronologiquement distendu et relativement réduit, puisque l'analyse se concentre pour l'essentiel sur quatre titres: Le Devoir de Violence (1968), En famille (1991), Rosie Carpe (2001) et Trois femmes puissantes (2009), le corpus paraît se justifier par le souci accordé à la "posture" des auteurs, au sens où ce dernier terme est défini par Jérôme Meizoz (149), ainsi qu'à leur positionnement dans le champ littéraire français et francophone. L'un comme l'autre ont, en effet, vu leurs œuvres couronnées par de prestigieux prix littéraires: Le Devoir de Violence reçoit ainsi le prix Renaudot avant d'être entaché par le scandale d'une accusation de plagiat, tandis que Rosie Carpe et Trois femmes puissantes sont respectivement récompensés par le prix Femina et le prix Goncourt. On ajoutera que l'un et l'autre auteur suscitent un intérêt qui s'attache aussi bien à leur production romanesque qu'à leurs destinées personnelles. Comme le signale Sarah Burnautzki, l'écrivain africain n'a pas connu la fameuse "mort de l'auteur" (148) et il nourrit en l'occurrence une littérature d'autant plus prolixe qu'il se dérobe à la connaissance publique: par son retrait spectaculaire du champ littéraire et par le reniement de ses œuvres antérieures, Yambo Ouologuem se transforme ainsi en un "personnage mythique postcolonial" (115), tandis que Marie NDiaye déjoue les "réflexes de classification" (132) en pratiquant une "poétique du flou" (133).

Le travail de Sarah Burnautzki se présente dès lors comme une enquête de so- ciologie [End Page 236] littéraire, dont l'objectif serait de déterminer comment chacun des deux auteurs accède à une intégration plus ou moins pérenne dans un champ littéraire français caractérisé par la tension entre universalisme et valorisation des singularités postcoloniales. Les quelques pages d'introduction, consacrées aux conditions anthropologiques de cette enquête, conduisent cependant d'emblée à en relativiser l'assise documentaire: là où les récents travaux consacrés aux littératures africaines envisagées dans une perspective sociologique se distinguent par leur recours abondant à l'entretien et aux données statistiques (voir notamment les travaux de Claire Ducournau en 2017 et de Tristan Leperlier en 2018), Sarah Burnautzki prend, quant à elle, acte d'une "récurrente inaccessibilité de l'auteur(e)" (24). Elle évoque longuement la déconfiture que constitua son voyage au Mali pour rencontrer Yambo Ouologuem en 2011 et regrette plus laconiquement la réponse négative que Marie NDiaye aurait donnée à ses sollicitations. L'enquête sur les "stratégies de passage" déployées par chacun des deux écrivains se trouve donc menéein absentia, ce qui n'est pas sans nourrir un certain dépit chez la jeune chercheuse, qu'un autoportrait liminaire dépeint dans les affres, souffrant d'"un état de confusion, vécu comme intellectuellement paralysant" (35). Faute d'un véritable dialogue avec les auteurs, l'ouvrage apparaît d'abord comme un ensemble de suppositions: certes, on ne saurait exiger de la critique littéraire un régime scientifique de la preuve et il n'y aurait là rien de problématique, si ces hypothèses...

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 236-239
Launched on MUSE
2020-03-18
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.