Abstract

Abstract:

Nous proposons une étude de l'errance, de la mémoire et de la rencontre culturelle dans Les Pieds sales (2009) et Rose déluge (2011) de l'auteur togolais Edem Awumey. Les protagonistes de ces deux romans quittent leur pays natal pour poursuivre leur quête, en France dans le premier roman et en Amérique du nord, dans le second. Dans les deux cas, l'exil et le déplacement continuel des protagonistes se résument à une errance dans des espaces périphériques, des "espaces anonymes" selon l'expression de Christophe Premat. Si la plupart des personnages évoluent à la marge, des liens inattendus se créent entre les uns et les autres. On observe que ce n'est plus tant la présence dans un lieu (géographique, physique) qui compte pour eux, que leur appartenance à un espace mémoriel et psychique, souvent douloureux. Dans ses récits, Awumey crée de multiples réseaux de convergence en jouant avec des résonances historiques. En nous inspirant des travaux de Gary Saul Morson et de Michael André Bernstein, Foregone Conclusions: Against Apocalyptic History, portant sur les stratégies narratives du "foreshadowing," "backshadowing" et "sideshadowing," nous étudions les frontières et les zones de contact entre les univers évoqués qui apparaissent grâce à une habile mise en récit.

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 179-195
Launched on MUSE
2020-03-18
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.