In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Télé en série by Simon Harel et al.
  • Marie Pascal (bio)
Télé en série. Actes de colloque, s. la dir. de Simon Harel, Jérôme-Olivier Allard, Elaine Després et Marie-Christine Lambert-Perreault, Montréal, XYZ éditeur, 2017, 464 p., 34,95$

Cet ouvrage ambitieux est le fruit d'un colloque international intitulé « Télé en série » et organisé en 2014 à l'Université de Montréal. Appelée selon les contextes « genre sériel », « fictions épisodiques », « fictions plurielles », « fictions télévisuelles », la série télévisée n'a, d'après Stéphane Garneau, auteur de la préface, jamais été au centre de travaux universitaires, bien que ces productions toujours plus nombreuses aient « fait évoluer la façon de raconter des histoires ». L'idée arguée dès la quatrième de couverture de l'ouvrage et rappelée à plusieurs reprises par les contributeurs consiste en effet à établir le fait que la télévision est en phase avec son époque, évolue avec les discours populaires et politiques, et se situe en parallèle aux avancées technologiques. En plus de divertir les masses, l'objet—qui est au centre de l'intérêt des vingt-quatre contributions du collectif—permettrait donc aussi de faire réfléchir.

Dans l'introduction, les directeurs de Télé en série reviennent tout d'abord sur les différentes formes qu'a prises la série télévisées aux XXe et XXIe siècles. D'abord inspiré du théâtre (années 1940–1950), le format se voit rapidement récupéré par les grands studios hollywoodiens et s'imprègne des savoir-faire techniques de son « grand frère », le cinéma (1955–1980). Avec Hill Street Blues (1981–1987) commence ainsi le deuxième âge d'or de la série, comme le soutient le chercheur M. Winckler dans Petit éloge des séries télé (2012). Enfin, le troisième âge d'or (celui qui intéresse les auteurs de l'ouvrage) commence avec le nouveau millénaire, et la série se voit marquée par l'évolution des habitudes de consommation: s'émancipant du diktat de la grille horaire et puisant à loisir dans les ressources nouvelles qu'apporte le Web, des communautés de fans émergent qui, faute de se contenter d'analyser leur divertissement de prédilection, critiquent, commentent, voire continuent les séries qui leur tiennent à cœur. Non seulement cette nouvelle attitude du public a-t-elle une incidence directe sur ce genre télévisuel, mais elle influencera de surcroît les créateurs. À la suite de ces données chronologiques, les auteurs de l'introduction citent plusieurs études phares, à savoir le travail de S. Benassi, Séries et feuilletons TV. Pour une typologie des genres fictionnels (2000), celui de J.-P. Esquenazi intitulé Mythologie des séries télévisées (2009) et enfin, la réflexion de F. Jost, De quoi les séries américaines sont-elles le symptôme? (2011). L'hétérogénéité des contributions, désirée par les organisateurs, tend à pallier le manque de recherches au Québec et veut rendre compte de la complexité et de la diversité du genre sériel. Ainsi, trouverons-nous des réflexions portant sur les particularités formelles, des analyses rendant compte des plateformes de distribution, des créateurs, des enjeux thématiques, des personnages récurrents dans les séries. D'autres contributions s'intéresseront enfin aux qualités musicales et intertextuelles de cas choisis. Par désir d'efficacité, je reprends [End Page 433] ci-dessous l'agencement des articles tel que proposé par les auteurs de l'introduction, qui n'est pas l'ordre retenu dans le volume.

Dans son importante contribution sur « Les séries et le politique », Jean-Pierre Esquenazi engage à repenser le rapport à l'idéologie et au politique de ces « objets culturels ». L'auteur remonte aux théories de Sainte-Beuve, critique acerbe de la culture industrielle, pour prouver que les lieux communs se réduisant à voir dans les...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 433-439
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.