In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Adolescences lesbiennes: de l'invisibilité à la reconnaissance by Christelle Lebreton
  • Christina Chung (bio)
Christelle Lebreton, Adolescences lesbiennes: de l'invisibilité à la reconnaissance, Montréal, Remue-ménage, 2017, 143 p, 19.95$.

Ouvrage tiré de la thèse de doctorat de Christelle Lebreton, Adolescences lesbiennes est un travail qui propose d'étudier l'effet du manque de visibilité des lesbiennes dans la construction de l'identité sexuelle de jeunes femmes. Lebreton base ses recherches sur des théories féministes et sur des entrevues qu'elle a menées avec des femmes âgées de 18 à 26 ans, venant de la classe moyenne et ayant un degré élevé de scolarité. La préface d'Adolescences lesbiennes, signée Line Chamberland, présente l'ouvrage de Lebreton comme un travail sociologique et innovateur, et ce, avec raison. D'ailleurs, Chamberland pense que l'ouvrage de Lebreton pourrait être utile aux recherches qui se penchent sur la socialisation sexuelle des filles. Dans son introduction, Lebreton souligne le peu de modèles d'identification accessibles aux adolescentes non hétérosexuelles et elle développe la thèse selon laquelle celles-ci vivent dans un climat qui fait obstacle à la construction de leur identité sexuelle.

Dans le premier chapitre, « Homophobie et hétérosexisme », Lebreton met en avant les événements qui ont marqué la reconnaissance sociale des personnes et des couples homosexuels, telle que l'adoption de la loi 32 au Québec en 1999—une loi qui accorde aux conjoints de même sexe les mêmes droits et privilèges que les conjoints hétérosexuels. Lebreton cite un extrait important de Chamberland au sujet des limites de la catégorie lesbienne. D'après Chamberland, les lesbiennes se distinguent les unes des autres par plusieurs facteurs, tels que leur situation économique, leur classe sociale, leur ethnicité, leur rapport avec leur famille d'origine, leur statut parental et leurs allégeances politiques. Dans ce chapitre, Lebreton explique ensuite la raison pour laquelle le concept d'hétérosexisme est plus pertinent que celui d'homophobie. Selon elle, ce n'est plus l'homosexualité qui pose problème à la société, mais c'est le statut dominant de l'hétérosexualité. Une étude de l'hétérosexisme—« idéologie qui privilégie systématiquement l'hétérosexualité et la présomption de la normalité hétérosexuelle »—permet de comprendre la situation des personnes non hétérosexuelles et les discriminations qui leur sont imposées.

Dans le chapitre 2, « Socialisation et construction de l'identité sexuelle », Lebreton commence par faire ressortir le caractère construit et social de l'hétérosexualité en s'appuyant sur les théories de Christine Delphy, de [End Page 418] Monique Wittig et d'Adrienne Rich. Lebreton utilise le concept de socialisation, « un processus de transmission des normes dominantes et un processus d'imposition de ces normes », afin de montrer que les normes liées à la sexualité et au genre sexuel sont construites. Avant d'exposer les résultats de ses entrevues avec les jeunes femmes, l'auteure précise qu'elle les a interrogées en abordant trois thèmes principaux: l'environnement socioculturel, les expériences amoureuses et les expériences sexuelles. Elle ajoute que beaucoup de ces jeunes femmes ne s'identifient pas au terme « lesbienne » et que, par manque de mots adéquats, il leur était difficile d'exprimer certains ressentis.

Dans les six chapitres qui suivent, Lebreton cite les témoignages des répondantes dont les prénoms sont fictifs, dans le but de conserver leur anonymat. À la fin de chacun de ces chapitres, se trouve une conclusion qui résume les résultats des entrevues. Ces conclusions peuvent parfois paraître redondantes, mais elles sont écrites de manière concise. Le chapitre 3 explore le thème de l'environnement socioculturel, soit le milieu scolaire et le milieu familial des jeunes femmes. Lebreton découvre que « la presque totalité » des répondantes n'ont pas divulgué leur orientation sexuelle à l'école pour plusieurs raisons, l'une d'elles étant le fait qu'elles n'avaient pas encore achevé la construction de leur identit...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 418-421
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.