In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • La communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe-XXe siècle) by Alex Gagnon
  • Donald Fyson (bio)
Alex Gagnon, La communauté du dehors. Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe-XXe siècle), Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 2016, 492 p.

L'étude d'Alex Gagnon, fruit de sa thèse de doctorat (Université de Montréal, 2015), est une contribution bienvenue dans la littérature scientifique concernant l'histoire de la représentation du crime et des figures criminelles au Québec. Gagnon opte pour l'étude de cas et focalise son discours sur trois affaires notoires. Toutes se produisent à Québec ou sur la Côte-du-Sud, entre 1829 et 1841. Il s'agit de la « bande à Chambers » (un groupe de voleurs à Québec au milieu des années 1830, condamnés à mort puis graciés); de François Marois, le « docteur l'Indienne » (exécuté à Québec en 1829 pour le meurtre de François-Xavier Guillemette, à Saint-Jean-Port-Joli), et du « meurtre de Kamouraska » (du seigneur Louis-Paschal-Achille Taché en 1839, par George Holmes, amant de Joséphine-Éléonore d'Estimauville, l'épouse de Taché). Les trois affaires ont bénéficié d'une large couverture médiatique à l'époque. Elles ont également été reprises dans des écrits fictifs presque contemporains: pour Chambers, Les crimes de Cambray de François-Réal Angers (1837); pour Marois, L'influence d'un livre de Philippe Aubert de Gaspé fils (1837); pour l'affaire de Kamouraska, un roman (annoncé en 1840, mais inédit) de Charles Dolbigny. Les trois ont fait l'objet par la suite de plusieurs autres productions littéraires (dont Kamouraska d'Anne Hébert n'est qu'une parmi d'autres), de même que des récits historiques populaires.

À partir de ces sources diverses, Gagnon nous livre une analyse littéraire poussée et captivante de la manière dont la mise en récit de ces crimes a été effectuée, autant à l'époque que depuis. Sans que nous puissions résumer tous ses arguments, disons que Gagnon est particulièrement convaincant sur la manière dont ces faits historiques se mutent au fil des ans, sous la plume d'auteurs et dans la mémoire populaire. Son étude a le grand mérite de suivre ces trois histoires à travers le temps long, à partir des premiers reportages dans les journaux jusqu'à nos jours. Par exemple, l'analyse de la « fabrication » de la légende du « docteur l'Indienne » commence avec la couverture médiatique d'époque et du roman d'Aubert de Gaspé. Elle se penche par la suite sur ses différentes apparitions dans des écrits littéraires et savants de [End Page 412] la deuxième moitié du XIXe siècle, y compris une version censurée de L'influence d'un livre, de même que la couverture journalistique sensationnaliste de la découverte de squelettes qu'on croyait être d'autres victimes de Marois. Gagnon aborde ensuite les travaux savants du XXe siècle, comme ceux de Pierre-Georges Roy et Luc Lacoursière, puis l'histoire populaire et en partie fictive de Michel Noreau, pour aboutir de nous jours avec la présence du meurtrier dans les blogues, entretiens radiophoniques et visites fantômes de Québec. Bien que plusieurs autres auteurs se soient déjà penchés sur la représentation du crime au Québec (en dépit de l'affirmation de Gagnon quant à « la rareté, au Québec, des travaux sur le crime et ses représentations », et de son insistance que dans les travaux d'historiens, « le factuel monopolise généralement l'attention »), il s'agit à mon avis de la meilleure étude de ce genre en histoire du Québec.

Malgré les forces indéniables de l'étude de Gagnon, qui lui ont apporté plusieurs accolades bien méritées, le livre comprend certaines faiblesses. Gagnon n'a effectué que très peu de recherches archivistiques sur les affaires elles-mêmes, se contenant surtout de...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 412-415
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.