In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Poétique de l'émergence et des commencements, Les premiers écrits de Miron, Lefrançois, Gauvreau, Giguère et Hébert by Catherine Morency
  • Julie Saint-Laurent (bio)
Catherine Morency, Poétique de l'émergence et des commencements, Les premiers écrits de Miron, Lefrançois, Gauvreau, Giguère et Hébert, Québec, Nota bene, coll. Sillages, 2014, 169 p.

L'essai de Catherine Morency, issu du remaniement de sa thèse de doctorat, s'ouvre sur un avant-propos à tonalité volontiers polémique: « Notre difficulté, au Québec, à penser le littéraire et ses véritables ressorts, serait ainsi due à un handicap collectif, incapacité atavique à discerner puis à reconnaître dans les mouvements d'une œuvre tout ce qui ne soit pas positivement fondateur. » Morency entreprend ainsi de « rétablir un "malentendu" poétique » au sein de l'histoire littéraire québécoise et s'intéresse à ses « zones d'ombre » en portant attention à des textes qui ont été éclipsés du canon. L'essayiste plonge au cœur du processus créateur de Gaston Miron, d'Alexis Lefrançois, de Claude Gauvreau, de Roland Giguère et d'Anne Hébert, écrivains qui ont d'abord choisi la poésie comme façon d'approcher le monde et le soi, afin d'observer dans leurs écritures une violence fondatrice, qui découle du « franchi[ssement] de nombre de frontières intérieures », de la transgression nécessaire à toute création. Ainsi Morency centre-t-elle son propos autour de l'idée de la colère des commencements, telle un antidote à l'attitude bienveillante dénoncée. Renvoyant à plusieurs disciplines, de la littérature française (Antonin Artaud, Maurice Blanchot) à la philosophie (Giorgio Agamben, Søren Kierkegaard, Friedrich Nietzsche) en passant par la [End Page 408] psychanalyse (Anzieu), l'essai ouvre de façon radicale les horizons des écrits analysés. Si ces textes témoignent à juste titre d'un effort d'arrachement à une communauté tout à fait délimitée—le Québec du milieu du XXe siècle—, ils nous plongent tout autant dans l'affrontement de la nudité d'un langage qui échappe encore à la maîtrise et, plus largement, dans un chaos immémorial, celui qu'Hésiode a décrit dans sa Théogonie, autre poète avec lequel Morency dialogue. En l'occurrence, pas de lumière de l'écriture sans rapport à sa noirceur originelle.

L'essai progresse au fil de l'analyse de l'« autodestruction créatrice » chez Miron, Lefrançois, Gauvreau, Giguère et Hébert, telle qu'elle se manifeste au sein des premières publications et de divers documents laissés en marge des œuvres constituées (notamment, textes inédits ou publiés de façon posthume, correspondances). Les poèmes et propos de Miron rendent tangible le profond tourment avec lequel il fait ses débuts en poésie, parvenant difficilement à accepter de prendre la parole en tant que poète, anéanti par la dépossession dont il fait l'expérience collective et personnelle. Or ce trouble et ce doute deviendront le moteur de sa verve poétique, « le discours de la souffrance » cédant le pas à « un discours de la volonté » qui transmute l'humiliation et l'angoisse et qui permet d'imaginer un autre avenir à partager. Alors que les poésies de Lefrançois et de Gauvreau procèdent d'une critique sociale qui pourrait s'apparenter aux dénonciations de Miron, le combat contre les conventions qu'ils mènent, Lefrançois par son travail de l'ironie et de la distanciation, Gauvreau par son appétit de transgression et de démesure, témoigne plutôt d'« une position purement narcissique », depuis laquelle ils explorent la violence de leurs propres voix et sa force de frappe à l'égard de la « communauté honnie ». Chez Giguère et chez Hébert, le passage obligé de la destruction revêt une dimension plus intimiste: leurs premiers textes constituent l'occasion d'acquérir une « force d'incarnation » qui transforme l'état d'« extrême vulnérabilité » où les place par moments leur désir d'expression. L'écriture de Giguère...

pdf

Additional Information

ISSN
1712-5278
Print ISSN
0042-0247
Pages
pp. 408-409
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.