In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • L’État contre les juifs: Vichy, les nazis et la persécution antisémite (1940–1944) par Laurent Joly
  • Edward Ousselin
L’État contre les juifs: Vichy, les nazis et la persécution antisémite (1940–1944). Par Laurent Joly. Paris: Grasset, 2018. 362 pp., ill.

Dans Dénoncer les juifs sous l’Occupation: Paris 1940–1944 (Paris: CNRS Éditions, 2017; recension dans French Studies, 72 (2017), 316–17), Laurent Joly avait examiné la délation contre les juifs à Paris et sa proche banlieue. Dans le présent livre, Joly a cherché à produire une étude globale de la politique antisémite du régime de Vichy. L’auteur souligne dans son introduction l’approche ‘d’inspiration microsociohistorique’ de son livre, qui tient compte des ‘effets concrets des décisions prises ainsi [que des] justifications individuelles’ (pp. 11–12). Avec plus d’une centaine de pages de notes, cet ouvrage est particulièrement bien documenté, ce qui correspond à l’objectif de l’auteur: ‘proposer une synthèse sur la politique antijuive de Vichy, et ses liens avec le génocide des juifs planifié par le Troisième Reich’ (p. 10). Cette synthèse aboutit à prendre en compte la politique antisémite du régime dirigé par le maréchal Pétain dans le cadre du choix stratégique et décisif de la collaboration avec l’Allemagne nazie: ‘Dès le départ, à Vichy, logique antisémite et logique de collaboration s’entremêlent’ (p. 13). Les deux ‘lois portant statut des Juifs’ (du 3 octobre 1940 et du 2 juin 1941) édictées par le régime né de la défaite ne s’appuient donc pas principalement sur une vieille tradition religieuse de haine antijuive. D’orientation clairement racialiste, ces lois d’exception reflètent plutôt la volonté des nouveaux dirigeants de ‘l’État français’ de se rapprocher du modèle nazi. Le ‘statut des Juifs’ issu de ces lois servira de prétexte juridique à la collaboration avec l’occupant des forces de police françaises, qui participeront aux rafles et aux déportations vers les camps d’extermination. Joly explique que les ordres provenant de Vichy et des autorités [End Page 490] d’occupation allemandes ont été appliqués à des degrés variables d’enthousiasme et de discipline par les instances préfectorales et policières françaises, qui pouvaient parfois disposer d’une certaine marge de manœuvre: ‘De l’ordre appliqué a minima au sabotage, la gamme des comportements est vaste, les possibilités de contourner, de ruser, sont multiples’ (p. 184). Fidèle à son approche ‘microsociohistorique’, Joly décrit ainsi les rafles et les vagues d’arrestation des juifs en considérant la logique, les motivations et les réserves de ceux qui étaient chargés de mettre en œuvre la politique antisémite. Parmi les autres sujets soigneusement examinés dans ce livre: l’idée largement répandue selon laquelle le régime de Vichy aurait sacrifié les juifs étrangers dans le but de protéger les juifs de nationalité française; ce que les dirigeants et les exécutants français savaient de la politique d’extermination des juifs planifiée par le Troisième Reich; le niveau de reconnaissance, lors des procès de l’épuration, de la spécificité des crimes commis contre les juifs. Dans tous les cas, les conclusions nuancées de l’auteur sont étayées par une documentation impressionnante. Ce livre clairement écrit est à recommander aux chercheurs comme au grand public.

Edward Ousselin
Western Washington University
...

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
pp. 490-491
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.