Abstract

Abstract:

This article interrogates a thinking of writing as techne that runs decisively through Blanchot’s thought but has yet to be examined in any systematic manner. It is well known that Blanchot was an attentive reader of Heidegger, although some have overstated or oversimplified the influence of the latter on the French writer; his engagement with Heidegger was close and detailed but also tense and adversarial. This article highlights important differences between Blanchot and Heidegger on the relationship between art and technology. It draws attention to mechanical references in fictional and critical work by Blanchot first published between 1949 and 1980, from a telephone call in La Folie du jour to the impact of mass paperback publishing discussed in ‘Les Grands Réducteurs’, and the careful punctuation of ‘Nietzsche et l’écriture fragmentaire’. The final section examines selected fragments from Le Pas au-delà and L’Écriture du désastre, and considers how the opposition between nature and culture is complicated by an inorganic fragmentary writing which proliferates like a cancerous cell — with consequences for the human subject.

Résumé:

Cet article examine une réflexion sur l’écriture comme technè qui se retrouve dans l’œuvre de Maurice Blanchot mais qui n’a jamais fait l’objet d’une étude systématique. On sait que Blanchot était un lecteur attentif de Heidegger, mais l’influence de ce dernier sur l’écrivain français a été surestimée ou simplifiée par certains; son dialogue avec Heidegger était incisif et approfondi, mais aussi tendu et conflictuel. Cet article cerne les différences importantes entre Blanchot et Heidegger en ce qui concerne la relation entre art et technique. L’article s’appuie sur des références mécaniques présentes dans un récit et des essais publiés entre 1949 et 1980: un appel téléphonique dans La Folie du jour, l’impact de la littérature de poche dans ‘Les Grands Réducteurs’ et la ponctuation délibérée de ‘Nietzsche et l’écriture fragmentaire’. La dernière section examine des fragments choisis du Pas au-delà et de L’Écriture du désastre afin d’établir comment cette écriture fragmentaire et inorganique, qui prolifère comme une cellule cancéreuse, complique l’opposition entre nature et culture, et ses conséquences pour le sujet humain.

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
pp. 401-415
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.