In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • L’Unité d’un homme par Edgar Morin
  • Yves Laberge
L’Unité d’un homme. Par Edgar Morin. Édition établie et présentée par Pascal Ory. (Bouquins.) Paris: Robert Laffont, 2018. xxxii + 1086 pp.

Ce recueil substantiel réunit intégralement cinq des cinquante livres écrits par le philosophe français Edgar Morin: Autocritique (1959), Les Stars (1957, augmentée en 1972), La Métamorphose de Plodémet (1967), La Rumeur d’Orléans (1969) et Journal de Californie (1970). [End Page 480] Contrairement à ses plus célèbres ouvrages (pensons à La Méthode, en six tomes), les titres sélectionnés ici se rangent du côté de l’autobiographie ou encore de l’enquête sociologique. Le titre Autocritique annonce très peu de son contenu: il s’agit d’une critique virulente du marxisme et du stalinisme parue à l’époque où la majorité des intellectuels de France se réclamaient du communisme et du modèle soviétique. C’était aussi durant les années 1950 que Raymond Aron faisait paraître les articles férocement antimarxistes qui allaient composer son livre Marxismes imaginaires: d’une sainte famille à l’autre (1970). Or, à la différence d’Aron qui jugeait de haut le Parti communiste français, Morin s’incluait dans ses reproches et admettait avoir adhéré au communisme; tout son livre est un mea culpa d’avoir cru à la religion marxiste et une critique des dérives du totalitarisme stalinien que peu de Français voulaient voir: ‘j’ai perdu la foi dans la mission historique du prolétariat’ (p. 190). Ouvrage de sociologie du cinéma et de théorisation des imaginaires, Les Stars est un ouvrage précurseur des courants des cultural studies, fan cultures et celebrity cultures qui ont émergé vingt ans plus tard au Royaume-Uni. Il s’agissait alors d’une des premières études à expliquer le phénomène de l’identification du spectateur aux personnages d’un film (p. 281). On reconnaît ici la troisième édition parue en 1972, et non celle d’origine datant de 1957. Plus rares, les livres La Métamorphose de Plodémet (aussi connu sous le titre ‘Commune en France’) et La Rumeur d’Orléans sont des études de la France du nord réalisées selon une approche d’observation participante, à Plozévet puis à Orléans, respectivement. À partir des gestes du quotidien plozévetien, on y décrit une série de caractères et d’attitudes comme la cordialité, la jalousie, la méfiance ou encore la crainte de la honte dans une société en mutation. S’apparentant à une étude de sociologie urbaine, La Rumeur d’Orléans étudiait au présent un phénomène de fake-news avant la lettre. Cette rumeur voulant que six femmes auraient été enlevées chez des commerçants juifs à Orléans, au printemps 1969, permet d’étudier certains mécanismes de propagation des ragots et des fausses nouvelles à partir des préjugés antisémites — les similitudes avec les processus de structuration mythologique sautent aux yeux. Le Journal de Californie résulte d’un séjour au célèbre Salk Institute for Biological Studies à San Diego en 1969; c’est un portrait de l’Amérique (et de sa population) vues par un sociologue dépaysé et fasciné par la culture télévisée ou par un spectacle de Janis Joplin (p. 938). Puis c’est le déclic: ‘c’est depuis hier que je comprends; désormais j’aime cette jeunesse’ (p. 941). Ce recueil centré sur des approches réflexives et ethnographiques montre l’étendue des intérêts de Morin durant la période 1957–70, bien avant ses grands ouvrages de synthèse épistémologique parus à partir des années 1980. Le lecteur non-familier des travaux de ce grand auteur trouvera sous une seule couverture une initiation stimulante et méticuleuse, bien qu’historiquement délimitée.

Yves Laberge
Université d’Ottawa
...

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
pp. 480-481
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.