In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale (xiii e–xv esiècle) by Marie-Anna Chevalier, Isabelle Ortega
  • Florian Chamorel
Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale (xiii exv esiècle). Sous la direction de Marie-Anna Chevalier et Isabelle Ortega. (Rencontres, 318; Civilisation médiévale, 28.) Paris: Classiques Garnier, 2017. 438 pp., ill.

Le présent ouvrage regroupe les résultats d’un colloque dont l’objectif était d’aborder les élites dans leur multiplicité et leur rapport au pouvoir. Si ce sujet d’étude connaît un suc- cès certain pour l’Occident médiéval depuis une vingtaine d’années, l’originalité de cette publication est d’envisager un espace géographique recouvrant une riche diversité cultu- relle et permettant une comparaison sur un large spectre. Les éditrices, Marie-Anna Chevalier et Isabelle Ortega, ont décidé de structurer les articles par aire géographique, à savoir Chypre, la Morée, les Balkans, la Cilicie et les colonies italiennes. Les communica- tions peuvent se regrouper en trois axes: la composition des élites, leur stratégie de réseaux et l’identité culturelle. La composition des élites est fortement influencée par l’appartenance ou non à la communauté qui détient l’autorité sur place (Benjamin Bourgeois, Ştefan Gorovei et Maria Magdalena Székely). Une ouverture sociale est per- mise selon les liens du pouvoir avec d’autres entités. C’est le cas des Arméniens dans le royaume de Chypre (Nicholas Coureas), des marchands vénitiens et génois dans le Sultanat mamelouk (Pierre Moukarzel), des élites turques en terres byzantines (Rustam Shukurov) ou du cas de la tolérance du roi arménien Lewon I er envers tous les rites chré- tiens (Azat Bozoyan). Les réseaux sociaux de certaines familles nobles permettent de mettre en lumière les stratégies adoptées afin de mieux s’intégrer au contexte géopolitique local. Plusieurs études de cas, en Morée (Ortega) ou dans les relations des ordres religieux-militaires en Romanie (Chevalier), démontrent une rationalisation des relations avec les acteurs locaux, afin de renforcer un patrimoine terrien mais surtout pouvoir profiter des ressources issues de ces liens privilégiés. Finalement, il reste un dilemme pour ces élites établies sur un territoire éloigné, entretenir leur identité culturelle ou s’assimiler? La culture latine reste une composante d’identité forte, à l’image des Chypriotes effectuant leur parcours universitaire en Italie (Philippe Trélat). Toutefois, le cas des despotes latins d’Épire illustre cet antagonisme, les différentes dynasties choisis- sant soit l’intégration au monde byzantin, latin ou même ottoman, au gré du rapport de force (Brendan Osswald). Cette possibilité reste restreinte pour les colonies italiennes, étroitement contrôlées par leur métropole (Michel Balard), même si des situations extrêmes, comme le siège de Constantinople en 1453, font nuancer cet état de fait (Pauline Guéna). Les représentations iconographiques du roi d’Arménie Lewon II présentent des motifs nouveaux, prouvant une volonté de s’affilier aux souverains mongols avec lesquels le roi a contracté une alliance (Gohar Grigoryan), alors que le parcours familial d’Adam de Gaston, sénéchal d’Arménie, atteste des liens entre Latins et Chrétiens orientaux (Samvel Grigoryan). Cette mixité est manifeste aussi dans le portrait que font les chroni- queurs de la reine Charlotte de Lusignan, dont la culture grecque est bien connue, décrivant ses actions comme une parfaite application des comportements de la dame no- ble dans la gestion de ses terres (Cécile Khalifa). Cette place particulière se retrouve aussi en Morée où la femme noble doit souvent remplir les obligations féodales en l’absence d’autorité masculine (Marie Guérin, Pierre-Joan Bernard). Le résultat global de ces com- munications montre la capacité d’adaptation des élites à un contexte géopolitique particulier, même si des permanences culturelles subsistent, relativisant l’idée d’un ‘choc des civilisations’. [End Page 449]

Florian Chamorel
Universit...

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
p. 449
Launched on MUSE
2020-02-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.