Abstract

Abstract:

This paper sets out to test the diglossia hypothesis, according to which formal and informal spoken French have diverged to the point where native speakers internalize separate ‘High’ (H) and ‘Low’ (L) grammars, which have been labelled respectively français classique tardif and français démotique. Liaison, a variable phenomenon associated with the putative H variety, is monitored among ninety-six informants from four francophone cities and shows, as expected, higher insertion rates in the reading exercise than in unscripted interview style, but the differences between styles are generally slight and offer little support for a diglossic model. Nonetheless, they do not invalidate the hypothesis, which, it is argued, proves empirically untestable. A comparison between these informants and so-called professionnels de la parole publique, however, suggests that liaison may in fact be a marker not of formality as is generally assumed, but of commitment to scripted or prepared discourse. An alternative four-level stylistic model for liaison is proposed.

Résumé:

Dans cet article nous testons l’hypothèse d’une diglossie en français contemporain, selon laquelle il y aurait divergence entre la langue formelle et la langue parlée informelle, telle que les locuteurs de langue maternelle française posséderaient deux grammaires internes, ‘Haute’ (H) et ‘Basse’ (B), qualifiées respectivement de ‘français classique tardif ’ et de ‘français démotique’. La liaison, phénomène variable étroitement lié à la prétendue variété H, est analysée chez quatre-vingt-six informateurs dans quatre villes francophones, et montre, comme attendu, une incidence de liaison plus élevée dans la lecture à voix haute que dans le contexte d’entretien improvisé, mais les différences globales entre les deux styles sont minimes et n’apportent aucun soutien au modèle diglossique. Ces données ne réfutent pas pour autant l’hypothèse, qui s’avère à notre avis invérifiable de manière empirique. Une comparaison entre ces informateurs et des personnes dites ‘professionnels de la parole publique’, cependant, suggère que la liaison serait marqueur non pas de formalité de style, mais plutôt d’un discours engagé, rédigé ou préparé à l’avance. Un modèle stylistique alternatif à quatre niveaux est proposé.

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
pp. 578-597
Launched on MUSE
2020-02-18
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.