In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Oralité et historiographie à l'ère du multimédia :dynamiques trans-scripturelles dans les récits de Sarraounia
  • Jean-Blaise Samou (bio)

Dans une interview accordée à Aïchatou O. (2016), Sylvia Serbin explique les difficultés auxquelles elle a dû faire face pour publier son livre Reines d'Afrique et héroïnes de la diaspora noire (2004). Alors que ce livre faisait une entrée mitigée en France, une version allemande publiée chez Peter H. Verlag sous le titre Königinnen Afrikas (2006) suscitait la polémique auprès des critiques germanophones. Non seulement cette version avait été traduite et publiée à l'insu de l'auteur, mais le nouvel éditeur avait supprimé "plus de trois-cents paragraphes … de la version originale en français, pour les remplacer par des clichés racistes ridiculisant de grandes figures historiques présentées dans le livre et qualifiant les Africains de cannibales" (Serbin 2016). La mésaventure de Serbin traduit une tendance bien connue, contre laquelle s'insurgent les féministes, et qui consiste à oblitérer la contribution des femmes à la construction de l'oeuvre humaine. L'exemple des figures historiques qu'elle a répertoriées montre – ainsi que le dénoncent entre autres Ritu Tyagi (2014), Rochona Majumdar (2010), ou encore Gayatri Spivak (1988) – que les femmes en postcolonie souffrent d'une double colonisation dans la mesure où elles sont non seulement victimes de l'oppression coloniale en tant que sujets colonisés; mais aussi et surtout, en tant que femmes, victimes de la domination patriarcale: "Absentes de la mémoire collective, souvent ocultées par les dépositaires de la tradition, elles semblent n'avoir laissé aucune empreinte à la postérité" (Serbin 9). L'étude très fournie de Serbin contribue inéluctablement à l'intelligibilité de la résistance féminine anti-impériale en Afrique. Mais seulement, Sarraounia n'y apparaît nulle part. Elle semble ainsi la moins connue des monarques et résistantes de l'Afrique précoloniale. Son exemple est une preuve que les récits coloniaux, en oblitérant les voix de la résistance indigène, relèguent davantage celles des femmes à l'arrière plan, éliminant jusqu'aux traces de leur existence.

Dans ce contexte d'effacement des perspectives historiques [End Page 142] (et particulilèrement celles des femmes) indigènes, une question importante est de savoir par quels subterfuges les récits de Sarraounia ont survécu de 1899 à nos jours. Quelle part a joué l'oralité dans cette survie, notamment au cours des quatre dernières décennies marquées comme on le sait par une forte technologisation des modes de la narration ? À titre d'exemple, le projet The Next Rembrandt (ING 2016) révèle à quel point l'intelligence artificielle a révolutionné la création artistique ; à telle enseigne que le prix littéraire japonnais Nikkei Hoshi Shinichi prend désormais en compétition des fictions écrites par des robots. De même, en Europe ou aux États-Unis, des films ou des chansons aux caractéristiques sonores spéfiques à celles des plus grands compositeurs, des textes de fiction aux styles identiques à ceux des auteurs de renommée mondiale, mais entièrement conçues et réalisés par un programme informatique, suscitent émerveillement et controverses. On pourrait s'interroger en effet non seulement sur le caractère artistique, sur la question de la propriété intellectuelle, sur celle des droits d'auteur, sur le statut de la machine créatrice, mais aussi sur la postérité des oeuvres ainsi produites. Ces inquiétudes comme le montre bien Walter Ong (2002) ont de tout temps accompagné le développement de la technologie, notamment dans les rapports de celle-ci au travail intellectuel humain (78). Mais, c'est bien la première fois que l'intelligence artificielle en vient à supplanter entièrement la créativité artistique de l'homme.

L'exercice de l'art en milieu africain n'échappe pas à ces révolutions technologiques, notamment quand celles-ci s'appliquent à l'oralité qui, devrions-nous le rappeler, constitue l'un des plus anciens modes de représentation artistique et historiographique. Le présent article appréhende l...

pdf

Additional Information

ISSN
1948-2833
Print ISSN
1948-2825
Pages
pp. 142-162
Launched on MUSE
2020-02-01
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.