Abstract

Résumé:

Queer Ghost Hunters (Stu Maddux, 2016–) est une série Web de production indépendante, diffusée sur YouTube, dans laquelle des enquêteurs paranormaux queers cherchent à communiquer avec des fantômes queers du passé. La série met en scène une intervention dans une émission de téléréalité paranormale, dans laquelle le manque de contenu queer dans les émissions populaires comme SOS Fantômes est critiqué. Malgré des enquêtes de routine dans les prisons et les asiles psychiatriques, lieux tradition-nels d’oppression pour les personnes queers, les fantômes queers ne sont pas recherchés dans la téléréalité paranormale moderne, ce qui fait que l’histoire des personnes queers et l’injustice dont elles sont victimes demeurent invisibles. Queer Ghost Hunters a pour but de remédier à cette invisibilité en tentant de communiquer avec des fantômes queers et de révéler le passé oublié. L’auteur affirme ici que Queer Ghost Hunters utilise la séance de spiritisme comme méthodologie historiographique mettant en lumière la présence fantomatique du passé absent. L’émission rejette la masculinité technophile affichée dans des émissions comme SOS Fantômes au profit d’une rencontre affective avec le spectral. Ce faisant, Queer Ghost Hunters résiste à une conception linéaire du temps comme étant associé au progrès, établissant le lien entre les économies temporelles du fantôme et du queer — qui rejettent de part et d’autre la stabilité de la progression linéaire, séquentielle en faveur d’un flux itinérant instauré par la simultanéité du passé, du présent et du futur.

Abstract:

Queer Ghost Hunters (Stu Maddux, 2016–) in an independently-produced YouTube web series in which queer paranormal investigators set out to contact queer ghosts of the past. The show stages an intervention within the paranormal reality television genre, critiquing the lack of queer content in popular shows such as Ghost Hunters. Despite the routine investigations of prisons and mental asylums, sites that have historically functioned to oppress queer people, queer ghosts are not sought after in mainstream paranormal reality TV, thereby rendering queer history and injustice invisible. Queer Ghost Hunters aims to rectify this invisibility by attempting to contact queer ghosts and revealing the presence of lost pasts. This article argues that Queer Ghost Hunters employs the seance as a queered historiographical methodology that emphasizes the haunted presence of absent histories. The show rejects the technophilic masculinity on display in shows like Ghost Hunters in favour of an affective encounter with the spectral. In so doing, Queer Ghost Hunters resists a linear conception of time as progress, linking the temporal economies of the ghost and the queer—each rejecting the stability of linear, sequential progression in favour of an itinerant flow infused by a simultaneity of past, present, and future.

pdf

Additional Information

ISSN
2561-424X
Print ISSN
0847-5911
Pages
pp. 1-22
Launched on MUSE
2020-01-10
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.