In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Les écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France by Marianne BLANCHARD
  • Stéphane Lembré
Marianne BLANCHARD, Les écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France, Paris, Classiques Garnier, « Histoire des techniques », 2015, 412 p.

Tiré d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue à l’EHESS en 2012, ce livre s’intéresse à des écoles dont la familiarité du nom masque la grande hétérogénéité et les transformations profondes. Elles occupent de longue date une place à part mais évolutive au sein du système éducatif français et connaissent une forte croissance depuis la fin du XXe siècle.

Grâce à une démarche rigoureusement restituée et soigneusement documentée à partir du dépouillement de sources administratives, d’archives d’établissements et de périodiques, et de la réalisation de près de cinquante entretiens, l’étude vient combler un manque et donner un éclairage nouveau sur ce segment de l’enseignement supérieur français – même si l’on regrette le nombre de fautes et de scories qui grèvent le texte. Certes, des travaux universitaires avaient déjà été consacrés aux écoles de commerce, s’intéressant aux commencements de ces institutions 1, au prisme de logiques du genre 2 ou de l’histoire des enseignements supérieurs de gestion 3. Mais la substitution de travaux scientifiques aux histoires commandées par les écoles supérieures de commerce (ESC) elles-mêmes, le plus souvent sous forme de monographies, reste une nécessité. L’originalité et la difficulté de la recherche proposée tiennent dans l’hypothèse d’une continuité entre les premiers établissements fondés au XIXe siècle et les écoles actuelles. Il n’est pas certain que l’auteure se déprenne suffisamment du discours de revendication d’une continuité tenu par les écoles elles-mêmes, les regroupements et rapprochements récents ne simplifiant pas la tâche. Néanmoins, ce livre est un apport majeur. Au fil des trois parties de l’ouvrage, selon une trame chronologique, l’auteure propose de suivre le groupe des ESC de la fin du XIXe siècle à 2010.

La première partie couvre une « longue marche » jusqu’en 1979. L’enjeu pour les ESC nées dans l’enseignement technique commercial consiste à s’arrimer à l’enseignement supérieur et à accéder au statut de grande école, celui-ci relevant moins d’un modèle précis d’organisation que d’un travail de présentation de soi et des représentations des acteurs. L’auteure prend soin de montrer que le groupe des ESC n’est pas figé et se prête mal aux définitions : mieux vaut retracer les débuts de ces établissements et l’engagement connu d’acteurs comme les frères Siegfried, originaires de Mulhouse et ardents promoteurs de l’enseignement commercial. Les premières de ces écoles se caractérisent par un ancrage principalement local, une faible attractivité et une précarité matérielle (p. 33) : certaines écoles ferment leurs portes, loin de l’ambition qui accompagne la création de l’École des hautes études commerciales (HEC) en 1881, un cas à part dans la trajectoire des ESC. Le renforcement du rôle normatif de l’État est particulièrement lisible à la fin des [End Page 122] années 1930. Il contribue à homogénéiser un groupe d’une vingtaine d’ESC, malgré de fortes résistances, bien analysées autour de l’enjeu d’un recrutement national et non plus local des écoles. C’est en 1964 que les ESC sont rattachées à la direction de l’Enseignement supérieur ; c’est aussi à cette époque que dix-sept établissements deviennent « Écoles supérieures de commerce et d’administration des entreprises » (ESCAE), affirmant ainsi leur vocation à intégrer la nouvelle discipline académique que constituent les sciences de gestion (p. 58–59). En 1967–1968, treize établissements et dix-sept ESCAE constituent ce que le ministère de l’Éducation nationale répertorie comme relevant du « haut enseignement commercial », un ensemble dont l’hétérogénéité reste la...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 122-124
Launched on MUSE
2019-07-20
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.