Abstract

Abstract:

This article aims to identify the key electoral dynamics of the 2015 federal election in Canada, an election which ended 10 years of Conservative rule and propelled the Liberals to office, under new leader Justin Trudeau. It suggests, building on the work of Rosa Luxemburg, that social movement electoralism—motivated by a strong anti-Tory sentiment—best captures the phenomenon of millions of new voters arriving at the ballot box. Using comparative data at a national, regional, and riding level, the article posits that the 2015 election witnessed an unprecedented increase in voter turnout, an increase that disproportionately benefitted the Liberals. Activist-driven strategic voting can only account for a small proportion of this turn to the Liberals, and the article introduces a Hypothetical Strategic Voting Test to make this point. The social movement electoralism framework has implications not just for our understanding of this and future elections, but for our understanding of the nature of contemporary democracy itself.

Résumé:

Cet article cherche à identifier les dynamiques électorales clés des élections canadiennes de 2015; des élections qui ont terminé le règne de 10 ans des conservateurs et qui ont propulsé les libéraux au pouvoir, sous le nouveau chef Justin Trudeau. Il suggère, en se basant sur le travail de Rosa Luxemburg, que l'électoralisme en tant que mouvement social—motivé par un fort sentiment anti-conservateur—est le meilleur moyen d'expliquer le phénomène qui a vu des millions de nouveaux électeurs se présenter aux urnes. En utilisant des données comparatives au niveau national, régional et des circonscriptions, l'article postule que les élections de 2015 ont vu une augmentation sans précédent de participation au scrutin, une augmentation qui a avantagé les libéraux de manière disproportionnée. Les votes stratégiques incités par les activistes ne peuvent qu'expliquer une petite portion de ce virage vers les libéraux, et l'article présente un test hypothétique de vote stratégique pour soutenir cet argument. L'électoralisme en tant que mouvement social a des implications pour notre compréhension non seulement de ces élections et d'élections à venir, mais aussi de la nature de la démocratie contemporaine.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0251
Print ISSN
0021-9495
Pages
pp. 591-623
Launched on MUSE
2019-02-09
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.