In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Policing Black Lives: State Violence in Canada from Slavery to the Present by Robyn Maynard
  • Remy-Paulin Twahirwa (bio)
Robyn Maynard, Policing Black Lives: State Violence in Canada from Slavery to the Present (Halifax: Fernwood Publishing, 2017)

What has happened, it seems to me, and to put it far too simply, is that a whole new generation of people have assessed and absorbed their history, and, in that tremendous action, have freed themselves of it and will never be victims again.

—James Baldwin, "An Open Latter to My Sister, Miss Angela Davis"1

Dans une lettre adressée à Angela Davis et publiée en 1971, James Baldwin s'inter-rogeait sur la différence entre sa génération et celle de la célèbre militante. À l'époque, les États-Unis étaient traversés par de fortes tensions politiques créées, entre autres, par le mouvement des droits civiques. La voie de la non-violence, privilégiée et symbolisée par le pasteur Martin Luther King Junior, sera rapidement abandonnée après sa mort. Des éléments plus radicaux, notamment Stokely Carmichael, Bobby Seale et Huey P. Newton, consolidèrent leur emprise sur le mouvement et en devin-rent les nouveaux leaders. Pour ces derniers, la violence étatique que subissaient les Noir·e·s aux États-Unis ne laissait d'autre choix : la construction, la conservation et la promotion d'un pouvoir noir – le « Black Power ». Pour Baldwin, cette nouvelle génération de leaders avait de particulier qu'elle avait réussi à absorber l'histoire du peuple noir aux États-Unis et, par conséquent, à s'en libérer. Ce processus de libération résulte, notait Baldwin dans sa lettre, en un rejet pur et simple de la posture de victime. Ainsi, toute libération implique nécessairement une (re)connaissance et une (ré)appropriation de l'histoire par celles et ceux qui ne l'ont pas écrite. L'effort délivré par Robyn Maynard en ce sens est sans conteste remarquable. Policing Black Lives est non seulement une analyse rigoureuse, systématique et critique du traitement des Noir·e·s par l'État canadien de sa fondation à aujourd'hui, mais aussi une démonstration étayée de la persistance du racisme anti-noir au sein des institutions canadiennes2. Pour ce faire, Maynard a recours à une vaste collection d'écrits, notamment des rapports gouvernementaux, des articles de presse et une robuste littérature scientifique américano-canadienne sur le racisme institutionnel. [End Page 599]

Au fil de la dizaine de chapitres qui composent son tout premier livre, Robyn Maynard questionne l'image construite par l'État canadien voulant qu'il soit un « paradis sûr » (safe haven) pour les groupes vulnérables, notamment les Noir·e·s3. Dans le premier chapitre, Maynard expose un des aspects les moins connus de l'histoire du Canada, soit son passé esclavagiste4. Ainsi, bien que le système des plantations imposé entre autres aux États-Unis n'ait pas été instauré au Canada, le traitement des esclaves noirs en Nouvelle-France, et plus tard dans le Canada sous régime anglais, n'était pas pour le moins brutal et inhumain. L'éclairage que donne Maynard sur cette période est particulièrement intéressant lorsqu'il s'agit du sort des femmes noires dans les débuts de la colonie. Tant sous le régime français qu'anglais, Maynard fait état de divers violences et abus sexuels dont les esclaves noires étaient victimes, souvent sans aucun recours légal. Même après l'abandon de l'esclavage dans ses colonies par l'Empire britannique, les Noir·e·s continueront à être perçu·e·s comme des êtres indésirables aux yeux des élites et de la population canadiennes. De fait, Maynard observe que l'esclavage sera remplacé par la ségrégation au moyen de diverses pratiques et politiques, que ce soit en immigration, sur le marché du travail ou dans le système d'éducation, visant tout simplement à exclure, à dévaluer et à criminaliser les Noir·e·s. Le deuxième chapitre se concentre sur les diverses transformations ayant eu lieu dans...

pdf

Additional Information

ISSN
1911-0235
Print ISSN
0832-8781
Pages
pp. 599-603
Launched on MUSE
2019-01-08
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.