Abstract

Résumé:

L'étude de l'altérité dans les Amours d'Eurymedon et Callirée (1578) de Pierre de Ronsard conduit à énoncer trois lectures interprétatives de l'aventure amoureuse entre Charles IX (Eurymédon) et Anne d'Atri d'Aquaviva (Callirhée): une lecture politique qui révèle la désapprobation de Ronsard (partagée par une partie de la Cour) à l'égard d'une liaison sans avenir; une lecture poétique qui transfigure la liaison en légende mythologique dans laquelle le poète laisse entrevoir une passion dévorante et fusionnelle; une lecture philosophique, enfin, qui offre un parcours allégorisé de l'Être (l'amant tenté de rejoindre son âme, par la contemplation de la dame au ciel, quitte son corps puis choisit de la conquérir sur terre). Surtout, dans ce cycle, Ronsard fait varier les modalités de l'énonciation et donne la parole à ses personnages comme dans un petit drame à trois. Il pose ainsi d'une façon singulière les relations du masculin et du féminin pour questionner l'identité de chacun. L'inversion des rôles, le désir de fusion élémentaire, soulignent les ambiguïtés et les contradictions des deux sexes dans la relation amoureuse. L'altération momentanée des corps, dans un ballet érotique où se mêlent le feu et l'eau, fait prendre conscience de leur altérité spécifique. Ici, Ronsard énonce d'une manière nouvelle le trouble de la passion amoureuse, qui dit l'émergence du moi et le vertige de la différence.

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 319-335
Launched on MUSE
2018-12-03
Open Access
No
Archive Status
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.