Abstract

Résumé:

L'esprit réformateur qui caractérise la vie religieuse de la France du XVIIe siècle, se traduit par diverses entreprises, à l'intérieur et en dehorsdu royaume, visant à la (re)conquête des âmes. De nombreux missionnaires s'expatrient pour évangéliser les païens du Nouveau Monde. En 1632, les Jésuites sous la direction du Père Paul Le Jeune (1591-1664) s'installent en Nouvelle-France pour convertir les "sauvages" au catholicisme et les "franciser." Quelques années plus tard, les religieuses Ursulines sont invitées à se joindre à eux pour poursuivre ce projet d'acculturation socio-religieuse et pour s'occuper de l'éducation des filles. C'est ainsi qu'en 1639, Marie de l'Incarnation (1599-1672) débarque au Québec où elle fondera le premier monastère d'Ursulines du Nouveau Monde et le premier établissement consacré à l'éducation et à l'instruction des filles des Amérindiens et des colons. En examinant la vaste correspondance qu'elle a entretenue depuis son arrivée jusqu'à sa mort, nous nous interrogeons ici sur la manière dont elle a vécu au quotidien la rencontre francoamérindienne et la place qu'occupe cette mission dans son propre itinéraire spirituel.

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 254-267
Launched on MUSE
2018-12-03
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.