Abstract

Résumé:

"Barbares" et "sauvages" représentent des figures de l'altérité par excellence dans l'imaginaire de la Renaissance. Ils sont omniprésents dans l'œuvre du polygraphe François de Belleforest, auteur d'une célèbre Cosmographie universelle(1575), ainsi que d'une série de volumes d'Histoires tragiques qui rencontrèrent un immense succès auprès des lecteurs des années 1560-1600. Dans ces textes, l'altérité revêt des visages très divers: Belleforest met en scène les cannibales du Brésil, mais aussi Amleth, personnage appartenant à un peuple "assez barbare et mal civilisé," le cacique Enriquillo, "sauvage" de l'île d'Hispaniola, ou encore Soliman le magnifique, sultan "barbare et infidelle" coupable du meurtre de son fils Mustapha. L'altérité se définit chez l'écrivain commingeois selon deux pôles complémentaires, dont je propose d'étudier les caractéristiques et la signification. Dans l'œuvre cosmographique de Belleforest, barbares et sauvages, amérindiens en particulier, s'intègrent à un vaste projet d'histoire totale d'inspiration polybienne. Ils appartiennent dans ce contexte à des catégories qui excluent toute individualité: anthropophages sanguinaires, péruviens sacrificateurs, Haïtiens "sans loys, ny seigneur." Simples figurants dans la Cosmographie universelle, les "sauvages" deviennent acteurs à part entière dans l'univers des Histoires tragiques, qui évoque les Vies parallèles de Plutarque, ainsi que la tragédie de la Renaissance. Se profile alors une réflexion philosophique qui représente une véritable rencontre de "l'Autre."

pdf

Additional Information

ISSN
1534-1836
Print ISSN
0098-9355
Pages
pp. 223-238
Launched on MUSE
2018-12-03
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.