In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Geneviève Straus: A Parisian Life by Joyce Block Lazarus
  • Pauline Moret-Jankus
Geneviève Straus: A Parisian Life. By Joyce Block Lazarus. (Faux Titre, 417.) Leiden: Brill, 2017. 202 pp.

Cette biographie de l'illustre salonnière se donne pour but d'étudier l'influence de Geneviève Straus sur les milieux intellectuels et politiques de son époque, en particulier Proust, en se posant la question suivante: que signifiait être une femme à cette époque, et particulièrement une Juive? Joyce Block Lazarus pose l'hypothèse que, contre l'idée que les salons étaient un lieu de pouvoir pour les hommes et non pour les femmes, celui de Straus, tout du moins, permit à celle-ci d'exercer un pouvoir réel sur des générations d'intellectuels. Dans cette optique, le titre nous semble cependant d'emblée réducteur (une 'vie parisienne'). En cela, il reflète une tendance de fond de l'ouvrage: malgré une volonté affichée dès le début de s'attaquer à la question du judaïsme et de l'antisémitisme, celles-ci sont en réalité à maintes reprises passées sous silence, ou étudiées de manière bien trop rapide. À titre d'exemple, Block Lazarus critique le lien opéré par Jean-Yves Tadié (et d'autres) entre Straus et le personnage proustien de la duchesse de Guermantes. Elle affirme qu'une telle analogie est sans fondement, car la psychologie de Straus était bien différente. On préfèrerait cependant lire une analyse de la transformation de Straus, juive, en un personnage non juif. Plus loin, Block Lazarus signale que '[t]here are no Jewish salonnières in The Search' (p. 134), mais là encore, aucune interprétation n'est proposée. L'étude suit un développement chronologique: une première partie présente l'enfance, le mariage avec Georges Bizet puis la guerre franco-prussienne; la deuxième partie débute en 1886 (mariage avec Émile Straus), et fait la part belle à la relation de Straus avec Proust, ainsi que le tremblement de terre que représenta l'Affaire Dreyfus. La troisième partie enfin s'étend de la Première Guerre mondiale à la mort de Straus. En ce qui concerne la relation entre Straus et Proust, Block Lazarus aspire à un but très ambitieux: étudier non seulement les éléments biographiques et thématiques inspirés par Straus dans la Recherche, mais même stylistiques. Elle ne se donne cependant pas vraiment les moyens d'arriver à ses fins: très peu de critique proustienne est convoquée. Ainsi, dans le passage consacré à l'Affaire Dreyfus, Straus et Proust, on ne trouve aucune mention de l'importante thèse de Yuji Murakami ('L'Affaire Dreyfus dans l'œuvre de Marcel Proust', Université Paris-Sorbonne, 2012). Quant à l'analyse stylistique, elle reste singulièrement absente. Outre quelques erreurs regrettables (Léo Delibes orthographié Délibes, 'Saint Geneviève', ou encore l'affirmation que 'Proust never dated his letters' (p. 83) — il serait plus juste de dire qu'il ne les a que rarement datées), l'analyse se perd parfois dans des considérations assez douteuses, comme l'idée selon laquelle Proust 'would have extreme nervous sensitivity and would become dependent on medication for much of his life' à cause de ses expériences in utero de la Commune de Paris (p. 51), ou encore que 'because of Marcel Proust's physical frailty, he had developed a relationship of [End Page 619] dependency on his mother, Jeanne (Weil) Proust' (pp. 80-81). L'ouvrage n'en reste pas moins un outil utile.

Pauline Moret-Jankus
Friedrich-Schiller-Universitat Jena
...

pdf

Additional Information

ISSN
1468-2931
Print ISSN
0016-1128
Pages
pp. 619-620
Launched on MUSE
2018-10-13
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.