In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Histoire économique de Vichy. L'État, les hommes, les entreprises by Fabrice Grenard, Florent Le Bot et Cédric Perrin
  • Claude Malon
Fabrice GRENARD, Florent LE BOT et Cédric PERRIN, Histoire économique de Vichy. L'État, les hommes, les entreprises, Paris, Perrin, 2017, 440 p.

L'ambition des auteurs n'est pas de proposer une histoire générale de l'économie et de la société françaises sous l'Occupation. Le titre du livre suggère, en effet, l'existence d'une conduite spécifique de l'économie par les autorités de l'État français. Une « économie de Vichy », dont l'autonomie ne fut certes que relative, mais significative dans bien des domaines. Pour en rendre compte, il fallait entrer dans la complexité du réel et les auteurs ont utilisé les recherches récentes à l'échelle locale et régionale, au plus près des hommes et des entreprises, autant qu'ils ont tenté de démêler les méandres d'une administration fortement bureaucratique.

Les auteurs rappellent que le dernier ouvrage de synthèse fut publié par Alfred Sauvy en 1978. Ils insistent sur leur dette à l'égard de « l'histoire des entreprises et, à travers elle, du monde du travail, qui a fourni récemment une telle variété d'informations et d'analyses qu'elle apparaît désormais incontournable ». Lors des 20es rencontres de Blois, Fabrice Grenard dressait un état des lieux historiographique plus explicite en rappelant les nombreux colloques tenus et publiés par le groupement de recherche sur les entreprises sous l'Occupation dirigé par Hervé Joly10. Les notes et la bibliographie, bien actualisée, attestent de cet apport essentiel auquel les auteurs ont eux-mêmes contribué.

La première partie, intitulée « Séquences », est une périodisation des politiques économiques depuis les années 1930. Le premier chapitre présente un état des lieux de la conjoncture, des forces et faiblesses de l'économie entre 1930 et 1940. Il traite des racines du Vichy économique, soulignant l'existence d'une galaxie corporatiste déjà à l'œuvre dans les milieux d'affaires en réaction aux réformes du Front populaire. De l'été à l'automne 1940 (chap. 2), un « nouveau régime économique », conséquence de la défaite, conduit la France à « financer son propre pillage » : dévaluation par rapport au mark, frais d'occupation. Si la « dislocation du marché national » et le coup d'arrêt porté à l'économie française ne sont pas le fait de Vichy, l'armistice qu'il a consenti aura constamment des effets néfastes à travers les décisions de la Commission de Wiesbaden : elle ne cessera d'imposer des marchés de dupes entre vainqueur et vaincu. Tout contrôle parlementaire forcément exclu, la multiplication des organismes de contrôle (comités d'organisation, office de répartition des produits industriels, bureaux de répartition du ravitaillement agricole, etc.) n'obéit pas uniquement aux contraintes imposées par le Militärbefehlshaber in Frankreich : elle est aussi une aubaine pour ceux qui souhaitaient « l'avènement d'un nouvel ordre économique et social de type corporatiste ». Ceci expliquerait pourquoi ces nouvelles structures conviennent au « choix délibéré de collaboration d'État que le régime de Vichy revendique à l'automne 1940 ». C'est dans ce cadre lourdement bureaucratique que les auteurs expliquent le fonctionnement du rationnement. [End Page 197]

Ce moment 1940 est éclairé, dans la lignée de Robert Paxton, par le fait qu'au départ les Allemands (en l'occurrence Elmar Michel au Majestic ou Richard Hemmen à Wiesbaden) n'avaient pas pour intention de stimuler l'économie française et que la collaboration a été voulue et organisée sur le plan économique par les technocrates de Vichy, comme Jean Bichelonne. Cet état de choses se confirme dans le chapitre 3, « La voie de la collaboration » : de fin 1940 à 1942, l'État, à travers les comités d'organisation (CO), donne l'exemple dans l'acceptation de la commande allemande, emportant les réticences patronales éventuelles. De l'été 1942 à 1944, la France devient « le premier contributeur des pays europ...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 197-200
Launched on MUSE
2018-09-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.