In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Gender and Labour in Korea and Japan. Sexing Class dirs. by Ruth Barraclough et Elyssa Faison
  • Bernard Thomann
Ruth BARRACLOUGH et Elyssa FAISON, Gender and Labour in Korea and Japan. Sexing Class, Londres, Routledge, 2009, 152 p.

Cet ouvrage s'attache à montrer pourquoi, dans la Corée et le Japon de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre, le rapport entre féminité et travail en vint à être considéré comme extrêmement problématique. Cependant, il emprunte une voie un peu différente que celle de la plupart des études sur le travail des femmes. Plutôt que d'essayer de s'attacher à des cas typiques d'emploi féminin, dans l'industrie textile ou dans les services, par exemple, il tente, en étudiant un certain nombre de cas très particuliers de représentations ou de femmes – la figure de la prostituée dans la littérature, les jeunes filles travaillant dans les usines en temps de guerre, les esclaves sexuelles au service de l'armée, une ouvrière écrivain, les hôtesses de bar, une activiste syndicale, des épouses d'ouvriers en lutte –, d'explorer la complexité des rapports de genre qui peuvent se nouer sur le lieu de travail et dans son environnement le plus immédiat.

Dans son article, Heather Bowen-Struyk montre que la prostituée, dans les écrits du début du XXe siècle, était parfois vue comme une victime personnifiant la condition ouvrière, car souvent issue de cette classe et la rendant immédiatement visible. Elle était en revanche rarement considérée comme une actrice de sa propre libération. En effet, si la métaphore du prolétariat par la prostituée est efficace, parce qu'elle met en scène l'exploitation et la dégradation d'un individu, dans le roman de l'écrivain japonais Hayashi Yoshiki, sur lequel l'article s'appuie, elle ne peut fonctionner de cette façon qu'à cause de la position privilégiée de l'homme hétérosexuel qui se prend de pitié pour elle. Seul l'homme est présenté en situation de sauver la prostituée. Cependant, les rapports de genre qu'implique une telle relation sont loin d'être aussi simples qu'ils pourraient paraître de prime abord. Même si c'est parce que la prostituée est une femme que sa misérable condition attire l'attention et la pitié du héros, la prise de conscience de la condition de la prostituée comme figure de la classe exploitée, c'est-à-dire la prise de conscience des rapports de domination entre les classes, doit se faire au prix du dépassement du désir sexuel que l'homme pourrait avoir pour cette femme.

Si, pour Heather Bowen-Struyk, la figure de la prostituée a pu apparaître, dans la littérature, comme un moyen efficace pour sensibiliser le lecteur à la question de l'exploitation du prolétariat, Chunghee Sarah Soh montre néanmoins que, dans les faits, la condition des travailleuses du sexe a surtout rencontré beaucoup d'indifférence. Elle explique ainsi le peu d'importance donnée par la société japonaise à la question des « femmes de réconfort » coréennes (ianfu), recrutées de force par l'armée impériale japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale, par une inclination culturelle des hommes à considérer et à stigmatiser la prostitution comme une « activité traditionnelle », normalement intégrée à la division sociale du travail et à la hiérarchie des relations de genre. Elle montre, non seulement le prix qu'ont dû payer de nombreuses femmes, coréennes en particulier, pendant la guerre, mais rappelle aussi à quel point les prostituées ont été impliquées dans le développement économique de l'après-guerre. L'auteure s'étonne d'ailleurs que les travaux universitaires sur la relation entre genre et travail dans le développement économique de l'Asie orientale aient à ce point ignoré la contribution du travail sexuel de ces femmes au sein de l'économie.

Elle ne réduit pas l'exploitation sexuelle des femmes coréennes aux crimes de...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 177-181
Launched on MUSE
2018-09-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.