In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • Histoire et Sociologie du Travail aux XXe et XXIe Siècles
  • Vincent Porhel
Nicolas HATHATZFELD, Michel PIGENET et Xavier VIGNA (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d'Europe au XXe siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Histoires », 2016, 360 p.

Comme l'indique son intitulé, cet ouvrage, à valeur de manifeste, se propose d'aborder l'histoire du travail comme un objet composite et européen. Ce faisant, les auteurs avouent leurs dettes à l'égard des sessions mythiques de la Maison des [End Page 171] sciences de l'homme qui, entre 1975 et 1977, ont été des marqueurs d'un « âge d'or » de l'histoire sociale du travail3. Reste que, de la glorieuse histoire du mouvement ouvrier bousculée par les événements de mai-juin 1968 à la conscience de la fin du destin émancipateur de la classe ouvrière consécutif à la désindustrialisation des années 1980, le champ de l'historiographie ouvrière a connu nombre de bouleversements. Les créations successives en Europe d'organisations vouées à la diffusion d'une histoire du travail, telles la Strikes and Social Conflict International Association, la Sociéta italiana di storia del lavoro et, dernière venue, l'Association française pour l'histoire des mondes du travail, réunies au sein du réseau European Labor History Network, montrent cependant une volonté commune d'élaboration d'une histoire du travail dégagée de l'emprise strictement nationale. Dans cette optique, l'ouvrage opte pour la démarche comparatiste, plutôt que connectée, en convoquant des auteurs principalement issus d'Europe de l'Ouest. Il assume ainsi de ne pas s'inscrire dans l'histoire mondiale du travail avancée par Marcel van der Linden4, par ailleurs contributeur de l'ouvrage, au profit de la mise en évidence d'un ensemble régional dont la cohérence à l'égard du fait industriel autorise de manière plus convaincante des éléments de comparaison.

Dans une première partie, les auteurs ont l'heureuse et précieuse idée de convoquer des spécialistes européens pour développer l'état historiographique de la question en Europe de l'Ouest. La Grande-Bretagne (Arthur McIvor), la Belgique (Eric Geerkens), l'Allemagne (Dietmar Süss), la France (Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet, Xavier Vigna), l'Espagne (Pere Gabriel) sont tour à tour abordées. Dans cette comparaison heuristique des différentes historiographies nationales, le lecteur pourra mesurer la vigueur des particularismes, mais également apprécier les convergences qui fondent la légitimité d'une étude au niveau européen. On peut ainsi évoquer la progressive remise en cause des interprétations marxistes sous les assauts du postmodernisme, la reconnaissance d'une pluralité des identités et pratiques ouvrières, le recours aux études de cas pour saisir au plus près les complexités des évolutions professionnelles, enfin la prégnance du présent dans le travail des historiens du monde ouvrier, qui fonde la dimension critique de cette branche historiographique.

Il appartient alors à Marcel van der Linden de brosser les grands traits d'une histoire ouvrière européenne en évoquant les principales étapes de son affirmation au sein de l'historiographie, marquées par son académisme croissant et la confluence entre l'histoire de la classe ouvrière et l'histoire du monde ouvrier. Cette approche surplombante permet d'aborder d'autres pays, comme les Pays-Bas, l'Italie et les pays scandinaves, et d'esquisser une typologie des différentes historiographies de la classe ouvrière en Europe. Marcel van der Linden distingue, en effet, des pays touchés par la guerre civile (Portugal, Espagne, Finlande) plus portés sur la culture politique, et, à l'opposé, des pays à la tradition démocratique plus affirmée (Grande-Bretagne, Suède). Il isole également les pays où le poids du parti communiste a joué un rôle essentiel, en premier lieu la France, dans lesquels la dimension militante de l'histoire sociale apparaît longtemps prégnante. Une histoire qui s'internationalise également depuis les années 1970, avant d'affronter dans les années 1990 – comme d'autres champs historiques – de nouvelles probl...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 171-174
Launched on MUSE
2018-09-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.