In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

  • La justice sociale par les statistiques ?Le cas des accidents d'attelage des wagons de chemins de fer (1923-1931)
  • Laure Piguet

Soucieuse de fonder son action sur la science1, l'Organisation internationale du travail (OIT) confère, et ce dès sa création en 1919, un rôle majeur aux statistiques, mettant les savoirs étayés par des chiffres au service de l'idéal à la réalisation duquel elle œuvre : l'établissement de la justice sociale par le biais de normes sociales universelles. Dans son discours d'ouverture de la huitième Conférence internationale du travail (CIT) en 1926, Arthur Fontaine, président du conseil d'administration de l'Organisation, évoque en effet « l'important matériel de statistiques et d'enquêtes [récoltées et accomplies par le Bureau international du travail (BIT), secrétariat de l'OIT] qui fait connaître mieux la condition des travailleurs, qui en facilite le progrès, dans un esprit de justice et d'humanité, de collaboration internationale, de paix mondiale durable2 ». Or, malgré l'ampleur de cette activité statistique ainsi que son importance – due à ses succès comme à ses échecs – dans les processus d'internationalisation des statistiques du travail dans l'entre-deuxguerres3, cet aspect de l'« œuvre », pour reprendre le terme d'usage à l'époque, de l'institution reste peu étudié4.

Cet article se propose de contribuer à la connaissance du rôle que l'OIT confère aux statistiques dans l'établissement de normes sociales internationales, ainsi que dans le cadre plus large de sa mission de justice sociale. Plus spécifiquement, la présente enquête s'intéresse aux limites que cet usage rencontre dans la pratique, limites dues en particulier aux difficultés qui entourent la constitution de catégories statistiques internationalisées dans les premières années d'existence de l'Organisation5. L'article [End Page 31] se fonde sur une étude de cas : celle des négociations entre différents organismes internationaux concernant l'implantation, sur les réseaux ferroviaires en Europe, de l'attelage automatique, une innovation destinée à diminuer les accidents du travail. Loin d'être marginale, la question du risque encouru par les cheminots lors des manœuvres d'accrochage des wagons est débattue dans de nombreuses conférences et commissions internationales durant l'entre-deux-guerres, et c'est majoritairement autour des statistiques que se jouent ces confrontations6. La focalisation des discussions sur ce sujet et la politisation de ce problème technique sont principalement dues à la valeur symbolique que lui accorde la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF), secrétariat international rassemblant l'ensemble des travailleurs des transports, l'un des acteurs principaux de cette négociation internationale. En 1929, Nathan Nathans, secrétaire de la section des chemins de fer de l'ITF, écrit par exemple qu'à travers l'attelage des wagons, ce qui est surtout visé par la Fédération est un « résultat moral : la conquête du droit de codirection sur le terrain international et la reconnaissance de l'ITF comme représentant international du personnel organisé des chemins de fer7 ».

Située à la croisée de deux historiographies, l'histoire transnationale des politiques sociales8 et celle de la quantification internationale9, cette interrogation sur le rôle des statistiques dans les négociations internationales s'insère en outre dans celle, plus large, de l'utilisation de la science et des savoirs experts par les organisations internationales. Si, depuis les années 1990, politistes et historiens se sont penchés sur l'importance de l'expertise dans la prise de décision politique, les origines de ces connaissances et les usages qui en sont faits dans le cadre des institutions internationales restent peu étudiés10. À partir d'enquêtes statistiques portant sur les risques encourus par les cheminots lors des accidents d'attelage et [End Page 32] d'archives des organisations ayant participé aux négociations, cet article souhaite donc contribuer à une historiographie en plein essor. Les confrontations autour de ces chiffres et l'implication des différents acteurs du dialogue social dans leur production rendent...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 31-43
Launched on MUSE
2018-09-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.