Abstract

Abstract:

Beginning in 2015, Canada undertook an exceptional undertaking of sponsoring of more than 40,000 Syrian refugees to resettle in Canada. As the excitement of their initial arrivals dissipates, it is important to consider their longer-term settlement and integration in their new communities. This article offers a portrait and analysis of how Syrian refugees sponsored to Montreal are able to create social networks and access social support in order to build social capital for employment and housing purposes. Part of a larger, three-province, 4-year longitudinal study, here we report on the first wave of survey data collected from 626 Privately-Sponsored Refugees living in Quebec. We report on their family support and friendships, as well as the ways that these social connections helped them in terms of employment and housing. Differences in terms of age, gender and time in Canada are analyzed. We find strong evidence of bonding social capital among recently resettled Syrians in Montreal, and growing bridging capital.

Résumé:

Depuis 2015, le Canada est engagé dans un processus exceptionnel de parrainage de plus de 40,000 réfugiés syriens réinstallés au Canada. Alors que l'enthousiasme initial suscité par leur arrivée se dissipe, il est important d'examiner leur installation et leur intégration à long terme au sein de leurs nouvelles communautés. Cet article offre un portrait et une analyse de la manière dont les réfugiés syriens établis à Montréal réussissent à créer des réseaux sociaux et à accéder à l'appui social afin de pouvoir développer du capital social pour les fins de l'emploi et du logement. Faisant partie d'un projet longitudinal de 4 ans dans 3 provinces, ici nous partageons une partie des résultats de la première vague de données provenant de 626 réfugiés parrainés par la collectivité et vivant au Québec. Nous décrivons leur réseau de soutien familial et social et comment ces connections sociales les ont aidé à accéder à l'emploi et au logement. Les différences en termes d'âge, de genre et de résidences au Canada sont analysés. Nous observons une forte présence du capital social de liaison (bonding) parmi les réfugiés syriens installés dans la région de Montréal, et l'émergence du capital social de transition (bridging).

pdf

Additional Information

ISSN
1913-8253
Print ISSN
0008-3496
Pages
pp. 123-148
Launched on MUSE
2018-08-13
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.