In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Policing Transnational Protest: Liberal Imperialism and the Surveillance of Anticolonialists in Europe, 1905-1945 par Daniel Brückenhaus
  • Vincent Bollenot
Daniel BRÜCKENHAUS, Policing Transnational Protest: Liberal Imperialism and the Surveillance of Anticolonialists in Europe, 1905-1945, Oxford, Oxford University Press, 2017, 320 p.

Daniel Brückenhaus publie ici une partie de son doctorat, soutenu à Yale en 2012. L'auteur y entreprend une histoire relationnelle des services de surveillance qui ciblent les populations issues des empires européens habitant le continent des métropoles coloniales. C'est cette focale, transnationale et transimpériale, inscrite dans une analyse des rapports « horizontaux » (entre métropoles impériales) plus que « verticaux » (entre la métropole et l'empire), qui distingue ce travail des précédentes recherches sur la surveillance coloniale menées par Patrice Morlat et, plus récemment, par Clifford Rosenberg et Martin Thomas. Cette focale permet de constater les spécificités de cette surveillance en métropole, irréductible à une simple (ré) importation des méthodes utilisées dans les colonies. Une telle importation serait en effet incompatible avec le respect des valeurs libérales dont se réclament les métro-poles. De plus, les systèmes de surveillance métropolitains sont en partie déterminés par les rapports de force entre nations européennes au début du siècle.

L'activité d'anticolonialistes issus des empires dans les métropoles débute avant la Première Guerre mondiale, et prend place dans un contexte politique déjà marqué par l'action directe des anarchistes européens. Les systèmes de surveillance d'État commencent donc à être construits en réaction, dès ces premières années du XXe siècle. L'auteur s'inscrit ainsi contre les thèses selon lesquelles c'est avec l'accroissement des migrations coloniales vers les métropoles dans les années 1915 que l'activisme et la surveillance des colonisés prennent leur essor.

Plus que le contexte militant, c'est la rivalité croissante entre la France et la Grande-Bretagne au sein de l'« Entente » d'une part, et l'Allemagne d'autre part, qui détermine la création en 1909 du MI5 d'un côté de la Manche, une remobilisation de la Sûreté et la création du comité Paul-Bert pour surveiller les étudiants issus de l'empire de l'autre. Au MI5, une Special Branch emploie des informateurs parmi les migrants coloniaux. En 1909, après l'explosion d'une bombe au Bengale, la Special Branch obtient d'étendre son réseau en France, soulignant la mobilité internationale des militants. Au contraire, la collaboration avec l'Allemagne est compromise par les tensions entre les deux nations, et la Grande-Bretagne dénonce fréquemment le « laxisme » des services germaniques.

Des militants de gauche dénoncent les manquements aux libertés fondamentales qu'entraîne forcément une telle surveillance au cœur des pays des droits de l'homme et du libéralisme. Ils dénoncent aussi le recul de souveraineté nationale, conséquence de la collaboration internationale. Pour illustrer cette dimension, Daniel Brückenhaus prend l'exemple de Savarkar, anticolonialiste indien capturé à Londres et devant être rapatrié. Le navire l'expulsant faisant escale à Marseille, l'homme parvient à s'échapper et gagne la côte à la nage. Mais, demandant de l'aide [End Page 158] à un fonctionnaire de police français, il est capturé et livré aux Anglais, sans même avoir enfreint la loi de l'Hexagone. Dès la guerre, l'Allemagne se pose en foyer pour les anticolonialistes traqués par la France et la Grande-Bretagne, et encourage la création d'associations d'Égyptiens et d'Indiens outre-Rhin. Le gouvernement entreprend même une campagne de propagande anti-impérialiste auprès des troupes coloniales stationnées près du Rhin.

Le gouvernement français crée en 1915 le Service d'organisation et de surveillance des travailleurs coloniaux en France (ministère de la Guerre), chargé de veiller à la discipline des troupes coloniales. En avril 1917, ce service devient le Contrôle général des tirailleurs et travailleurs coloniaux (minist...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 158-160
Launched on MUSE
2018-07-21
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.