In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Montpellier et la médecine andalouse au Moyen-Âge. Transfert des textes et des savoirs by Jean-Louis Bosc
  • Celia Miralles Buil
Montpellier et la médecine andalouse au Moyen-Âge. Transfert des textes et des savoirs Jean-Louis Bosc Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2016, 508 p., 44 €

Comprendre les conditions de l'ouverture d'un passage entre deux mondes, l'arabo-islamique et le latin, à l'époque médiévale, tel est le grand chantier auquel entend contribuer l'ouvrage de Jean-Louis Bosc, Montpellier et la médecine andalouse au Moyen-Aĝe. Transfert des textes et des savoirs, publié en 20161.

En effet, si comme le réaffirme Lluís Cifuentes i Comamala dans la préface, la publication de l'ouvrage se justifie par la nécessité « d'améliorer la connaissance que l'on a de la faculté de médecine de Montpellier » (p. 10), l'objet de la recherche est d'abord le « cheminement » des œuvres et savoirs médicaux andalous dans l'interface que constitue l'Université de Montpellier (p. 83), à travers la traduction.

L'introduction donne l'occasion à l'auteur de préciser les principaux questionnements qui guident son travail : quelle est l'étendue du transfert des œuvres andalouses vers Montpellier ? Existe-t-il une trajectoire spécifique à l'Université de Montpellier qui en fait « un centre de traduction médicale après le Mont Cassin et Tolède » ? Pour répondre à ces questions, l'auteur envisage deux hypothèses : soit « les œuvres montpelliéraines reflètent dans les auctoritates qu'elles citent la proximité avec le territoire andalou », soit les auteurs montpelliérains utilisent des traductions faites par leurs collègues (p. 14).

Le texte, qui s'attache à vérifier ces deux hypothèses, se compose de trois parties.

La première se centre sur le « versant latin » et entend, à grand renfort de statistiques et de tableaux, « circonscrire le corpus montpelliérain » (p. 80) composé de quelque 442 œuvres. Elle inventorie d'abord les principaux auteurs montpelliérains qui citent des œuvres andalouses, en mettant au jour leur grande proximité avec les cercles de pouvoir politique. Ensuite, dans une seconde sous-partie centrée sur les 119 œuvres citant des auteurs andalous, l'auteur pointe le [End Page 193] faible nombre d'auteurs andalous retrouvés, l'absence de quelques « grands noms » comme celui d'Ibn Ğulğul ainsi que la présence prépondérante d'Ibn Rušd.

La seconde partie présente le contexte andalou et identifie les œuvres citées par les auteurs du corpus. Après un rappel utile du cadre géohistorique et une mise en contexte de la science médicale en al-Andalus, l'auteur présente des notices biobibliographiques des neuf auteurs andalous cités. On apprend que là aussi, ces auteurs sont très liés aux cercles de pouvoirs (p. 159). L'auteur s'attarde peu sur ce point pour chercher à reconstituer les réseaux par lesquels sont entrées ces œuvres dans l'espace montpelliérain. Il démontre d'abord le rôle joué par les communautés juives issues d'al-Andalus concernant les traductions et le transfert matériel des œuvres, pour ensuite évoquer la langue catalane qui constitue une langue intermédiaire entre arabe et latin, et insister sur l'importance que revêt l'interface géographique de la couronne d'Aragon. Enfin, il précise le rôle moteur des universitaires montpelliérains qui ne se contentent pas de recueillir des traductions, mais sont souvent à l'origine de la plupart d'entre elles. Plus que dans les deux autres parties, on regrettera quelque peu ici le manque de matériel cartographique qui aurait pu permettre d'approfondir la question spatiale.

C'est dans la troisième partie que l'auteur analyse le contenu des citations, en essayant de « faire ressortir la part de traduction » pour « mettre en évidence une voie de transfert proprement montpelliéraine » (p. 181). Il se lance alors dans une étude assez pointue des origines et « glissements » des citations. Après avoir mis en évidence les étapes constituant cette « voie de transfert » ainsi...

pdf

Additional Information

ISSN
2371-0179
Print ISSN
0823-2105
Pages
pp. 193-195
Launched on MUSE
2018-06-02
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.