Abstract

Résumé:

L'émergence de la question des foules, au tournant du XIXe siècle, et plus spécifiquement la contribution de l'école italienne de criminologie et les travaux de Scipio Sighele (1868-1913), forment un moment clé de l'émergence de la modernité politique. La foule criminelle devient, contre toute attente, protagoniste social et politique dans des modalités aussi distinctes et divergentes que l'irrédentisme politique ou le syndicalisme révolutionnaire en Italie, l'élitisme républicain ou le mouvement des intellectuels en France. Mais ce moment « foule » n'appartient plus simplement à l'histoire. Confronté aux populismes historiques et situés, mais surtout relié à l'émergence contemporaine des néo-populismes, il éclaire d'un jour nouveau ces phénomènes. Car c'est bien sous ces auspices que s'opère aujourd'hui le retour des foules, c'est-à-dire du peuple, du populisme. Et c'est une percée dans un domaine où les travaux théorétiques, à l'exception notable de ceux d'Ernesto Laclau, achoppent sur la notion toujours floue et fuyante de populisme.

pdf

Additional Information

ISSN
1918-6649
Print ISSN
0730-479X
Pages
pp. 141-156
Launched on MUSE
2018-06-01
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.