Abstract

Abstract:

This paper uses the 2008 General Social Survey to assess differences in mastery or sense of personal control among Canada’s ethno-racial groups. Findings reveal that Canadians express considerable mastery, but the three principal minority communities–the French, Indigenous Peoples, and especially visible minorities–exhibit the lowest levels. Multivariate analyses show that socioeconomic factors are primarily responsible for the somewhat lower mastery of French and Indigenous Canadians. In contrast, much of the lower mastery among visible minorities is attributable to ethno-cultural influences: visible minorities are more likely to be recent immigrants, Allophones, and practicing non-Christians and these factors are associated with lower mastery. Even with controls, visible minorities report the lowest mastery of all groups.

Résumé:

Les analyses utilisant l’Enquête sociale générale de 2008 révèlent que, bien que les Canadiens expriment généralement une maîtrise personnelle considérable, les trois minorités les plus distinctives- les minorités francophones, les peuples autochtones, et les minorités visibles - affichent toutes une maîtrise inférieure au groupe de référence britannique. Les analyses multivariées montrent que, de différentes manières pour chaque groupe, la maîtrise plus faible des minorités s’explique en grande partie par: le contexte socioéconomique, mesuré par l’éducation de la mère et du père; le statut socioéconomique actuel, tel qu’indiqué par l’éducation et le revenu du répondant; et des corrélations culturelles qui comprennent la langue, la religion / religiosité et le statut d’immigration. La maîtrise légèrement inférieure des répondants français provient presque entièrement de mères ayant un niveau de scolarité relativement faible. La maîtrise quelque peu inférieure des peuples autochtones est entièrement attribuable aux facteurs socio-économiques, en particulier le faible revenu, le faible niveau d’éducation et la faible éducation de la mère. En revanche, la faible maîtrise des minorités visibles est principalement attribuable aux influences culturelles: comparativement aux autres Canadiens, les minorités visibles sont plus susceptibles d’être des immigrants récents, des allophones et des non-chrétiens pratiquants. Cependant, même avec des contrôles, les minorités visibles signalent la plus faible maîtrise de tous les groupes considérés. L’âge est un autre facteur clé, reflétant la maîtrise relativement élevée exprimée par les jeunes. L’article conclut en expliquant comment l’analyse améliore de façon significative notre compréhension des différences ethniques dans la maîtrise personnelle au Canada.

pdf

Additional Information

ISSN
1913-8253
Print ISSN
0008-3496
Pages
pp. 163-177
Launched on MUSE
2018-03-06
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.