Abstract

Abstract:

The process of decolonization in Zanzibar and the events surrounding its subsequent merger with Tanganyika to become the United Republic of Tanzania in 1964 reveal that postcolonial states did not enter a strictly bi-polar world, forced to choose between the two Cold War superpowers. Instead there were many geo-political battles that complicated decolonization. In 1964 nearly every major global conflict played out in the islands. Not only were the Americans and Soviets vying for power, but the Arab-Israeli Conflict, the East-West German Conflict, and the Sino-Soviet Split — among other rivalries — all affected the new Zanzibar state. Events in Zanzibar also reveal that Africans, too, had agency in shaping their own futures. In fact, local and regional issues combined with the desires and aims of local power brokers were often the most decisive factors in determining the outcome of events. Not only were there multiple layers to decolonization, but influence moved in multiple directions. Africans were not just pawns in the superpowers' game; their actions shaped the contours of the various international conflicts involved as well as the foreign policies of the major players. The story of Zanzibar thus demonstrates that in order to understand decolonization in Africa during the age of the Cold War, the process has to be seen as a multi-polar, multidirectional, and multilayered affair. This paper also argues for the benefits of understanding the global dimensions of conflicts like those between the Arabs and Israelis, the Chinese and the Soviets and between the two Germanys. These were global conflicts in their own right and not just subplots or regional sideshows of the larger Cold War.

Résumé analytique:

La décolonisation de Zanzibar et les événements entourant sa fusion ultérieure avec le Tanganyika pour devenir la République-Unie de Tanzanie en 1964 révèlent que les états postcoloniaux ne sont pas entrés dans un monde strictement bipolaire, pris entre les deux superpuissances de la guerre froide. Au contraire, plusieurs batailles géopolitiques ont compliqué la décolonisation. En 1964, presque tous les grands conflits mondiaux se sont déroulés dans les îles. Les Américains et les Soviétiques luttaient pour le pouvoir, mais d'autres rivalités, y compris le conflit israélo-arabe, celui entre l'Allemagne de l'Est et celle de l'Ouest, et la division sino-soviétique, ont affecté le nouvel État de Zanzibar. Les événements à Zanzibar révèlent également que les Africains, eux aussi, ont agi afin de façonner leur propre avenir. En fait, les problèmes locaux et régionaux, en concert avec les désirs et les objectifs des courtiers locaux, étaient souvent les facteurs les plus décisifs déterminant le dénouement des événements. La décolonisation a plusieurs niveaux, et l'influence se déplace également dans plusieurs directions. Les Africains n'étaient pas que des pions sur cet échiquier politique des superpuissances; leurs actions ont fabriqué les contours des différents conflits internationaux impliqués, ainsi que la politique étrangère des principaux acteurs. Ainsi l'histoire de Zanzibar démontre que, pour comprendre la décolonisation en Afrique pendant la guerre froide, le processus doit être considéré comme étant multipolaire, multi-directionnel et à plusieurs niveaux. Cet article fait valoir également les avantages de comprendre les dimensions globales des conflits, tels que ceux entre les Arabes et les Israéliens, les Chinois et les Soviétiques et entre les deux Allemagnes. Il s'agissait de conflits mondiaux de plein droit et non seulement de spectacles régionaux dans la guerre froide la plus importante.

pdf

Additional Information

ISSN
2292-8502
Print ISSN
0008-4107
Pages
pp. 479-508
Launched on MUSE
2017-12-23
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.