Abstract

Abstract:

Comment les principaux professionnels de l'élaboration de politiques au sein du gouvernement envisagentils les sources de recherches en politiques? Existe-t-il des différences systématiques dans les perceptions quantà la qualité et la crédibilité des recherches selon leur source ? L'auteur reprend et pousse plus loin l'étude dans laquelle Doberstein (2017) procède, auprès d'analystes des politiques,à une expérience clinique aléatoire visant à tester de façon systématique l'incidence de la source des recherches en politiques. Les résultats d'expérience de Doberstein attestent l'hypothèse selon laquelle, d'une part, les recherches universitaires sont perçues par les analystes des politiques gouvernementales comme étant sensiblement plus crédibles que les recherches des groupes de réflexion ou des organismes de pression, quel que soit leur contenu, et, d'autre part, les sources perçues commeétant plus idéologiques sont beaucoup moins crédibles. L'auteur reprend cette expérience dans trois autres gouvernements provinciaux canadiens afin de déterminer si le lien observé dans l'étude initiale persiste dans un échantillon plusétendu, en combinaison avec l'application d'autres procédures d'aléation. L'étude corrobore les conclusions de l'étude initiale en confirmant que les systèmes-conseils externes en matière de politiques sont assujettis aux puissantes forces de l'heuristique qu'adoptent les bureaucrates dans l'examen des données et des avis.

Abstract:

How do key policy professionals inside government view various sources of policy research? Are there systematic differences in the perceptions of the quality and credibility of research derived from different sources? This is a replication of and expansion on Doberstein (2017), which presented a randomized controlled survey experiment using policy analysts to systematically test the source effects of policy research. Doberstein's experimental findings provide evidence for the hypothesis that academic research is perceived to be substantially more credible to government policy analysts than think tank or advocacy organization research, regardless of its content, and that sources perceived as more ideological are much less credible. This study replicates that experiment in three additional Canadian provincial governments to verify whether the relationship found in the original study persists in a larger sample and in conjunction with further randomization procedures. This study corroborates the original study's findings, confirming that external policy advice systems are subject to powerful heuristics that bureaucrats use to sift through evidence and advice.

pdf

Additional Information

ISSN
1911-9917
Print ISSN
0317-0861
Pages
pp. 363-375
Launched on MUSE
2017-12-22
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.