Abstract

Résumé:

Le présent article examine l'héritage contradictoire du « cinéma d'observation » dans The Act of Killing (Oppenheimer, 2012) : l'importance accordée dans ce film au portrait caractéristique du cinéma direct ; son recours à une représentation de la personnalité découlant quasi-exclusivement de la présentation de soi ; ainsi que la délégation de l'intentionalité par l'entremise de la technologie et des figures diégétiques auto-validantes. Doublée de son engagement à rendre compte de l'importance historiographique de l'artifice et de l'imagination, l'affirmation simultanée – et paradoxale – dans The Act of Killing d'une spontanéité comportementale au cours de ses séquences d'observation constitue également un élément de sa démonstration morale, un aspect qui jusqu'ici a été très sous-estimé. Salué au départ pour son dépassement des frontières du réel, ce « documentaire d'observation de l'imagination » (Oppenheimer) renvoie également les téléspectateurs aux lieux émotionnels personnalisés les plus familiers du cinéma direct. Enfin, cet article soutient que l'échange enchevêtré et non résolu entre les reconstitutions délibérément effectuées et une approche observationnelle plus conventionnelle dans The Act of Killing révèle en fin de compte une source des petites énigmes politiques identifiées par les critiques de ce film.

pdf

Additional Information

ISSN
2561-424X
Print ISSN
0847-5911
Pages
pp. 39-61
Launched on MUSE
2018-01-01
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.