In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Histoires d'enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930) by Christian Topalov
  • Guillaume Carnino
Christian TOPALOV.–Histoires d'enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier, 2015, 510 pages.

Que pourrait donner la rencontre entre l'historiographie récente en STS (Science and Technology Studies 1) et l'histoire disciplinaire de la sociologie ? Christian Topalov en donne un excellent exemple dans son dernier livre intitulé Histoires d'enquêtes, traitant des travaux de Charles Booth, Maurice Halbwachs, Robert E. Park et Ernest W. Burgess, réalisés respectivement à Londres, Paris et Chicago.

Il ne s'agit pas moins que de reconstituer, à la croisée d'une histoire intellectuelle attentive aux contenus des théories de « fondateurs » et d'une histoire sociale et culturelle s'intéressant aux trajectoires des acteurs, la genèse d'enquêtes et d'ouvrages importants pour la sociologie. Le projet est ambitieux, et d'ailleurs issu de nombreuses années de recherche, constituant par là même une sorte de métaenquête, une « histoire sociale des sciences sociales », comme le décrit l'auteur.

Le plan de l'ouvrage est tripartite. D'un abord conceptuel en apparence aisé, il est en réalité le produit d'une réflexion dense sur le vocabulaire mobilisé.

La première partie, intitulée « Conversations », fait le choix de travailler les auteurs au travers de la nébuleuse socio-épistémique dans laquelle ils évoluaient. Se distinguant du champ, de l'arène ou de la discipline, le concept de conversation permet de mettre en évidence les multiples niveaux de dialogues qui ont façonné la pensée de chacun des auteurs. Le chapitre consacré à Booth montre ainsi combien ses catégories d'analyse sont à la fois infusées par le contexte séditieux de la fin des années 1880 à Londres, tout autant que par le discours et les échanges avec d'autres réformateurs–et on saisit alors tout le poids de l'hypostase juridique et politique des ensembles statistiques produits par le savant après 1905. De la même manière, en recoupant les différents univers intellectuels et politiques dans lesquels gravite Halbwachs, on voit émerger son œuvre « urbanistique » comme le fruit d'une triple contrainte : « publication de socialiste normalien, elle devait faire écho aux positions générales du Parti tout en mettant en lumière l'apport spécifique de l'intellectuel ; œuvre de sociologue, elle devait autant que possible être cohérente avec les résultats de la science ; intervention directe sur l'actualité, elle devait discuter des questions du moment dans les termes du débat commun » (p. 118-119). Cette lecture met en lumière le fait que « la ville, dans sa globalité, comme objet de réforme », tenue pour une catégorie évidente et anhistorique chez les lecteurs patentés de Halbwachs, est en réalité en pleine constitution conceptuelle au sein même de la pensée et des multiples influences du sociologue qui participe à son advenue conceptuelle et territoriale du même coup. Enfin, chez Park et Burgess, les univers de l'académie et du travail social se mêlent au point de laisser entrevoir de nouvelles stratégies et politiques de recherche, articulées autour de communautés locales, qu'elles soient universitaires ou urbaines. Comme on le voit dans chacun des cas décrits, les conversations nouées entre acteurs d'univers officiellement incommensurables, loin [End Page 111] de susciter uniquement des différends, créent au contraire une richesse conceptuelle nouvelle et infléchissent les discours sociologiques. Ce que C. Topalov veut, à raison, éviter, c'est la fragmentation herméneutique des œuvres dites fondatrices pour les sciences sociales qui, même si l'hagiographie est passée de mode, ont encore trop souvent tendance à être cantonnées d'un côté dans une histoire des idées et des courants disciplinaires, et de l'autre dans une histoire érudite des contextes. Le point crucial mis en évidence par ces conversations–archives et textes à l'appui–est que l'on ne peut précisément jamais comprendre l'un sans l'autre.

La deuxième partie, « Observations », interroge...

pdf

Additional Information

ISSN
1961-8646
Print ISSN
0027-2671
Pages
pp. 111-113
Launched on MUSE
2017-07-25
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.