In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • La Retraduction en littérature de jeunesse. Retranslating Children’s Literature by Virginie Douglas, Florence Cabaret
  • Suzanne Pouliot and Suzanne Pouliot
Douglas, Virginie et Florence Cabaret, coords. La Retraduction en littérature de jeunesse. Retranslating Children’s Literature. Bruxelles: P.I.E. Peter Lang, 2014. isbn 9782875741615. 351p.

Ce collectif est composé de vingt articles regroupés en cinq parties qui abordent successivement en français et en anglais différentes facettes de la retraduction définie comme “une nouvelle traduction, dans une même langue cible, d’une œuvre déjà traduite dans cette langue [. . .]” (23). Florence Cabaret signe l’introduction, en anglais (11–19) et Virginie Douglas conclut (317–30), en français, cet imposant ouvrage. Dans la première partie, composée de trois interventions, Muguras Constantinescu s’intéresse à “La retraduction des contes français en roumain et [à] leur changement de statut” (23–37). L’auteure reprend à son compte la définition de Robert Kahn et Catriona Seth pour qui “[l]a retraduction enrichit le patrimoine, témoigne de l’inventivité, de la plasticité, de la mobilité de la langue. Elle montre un mouvement vers l’autre et vers soi, vers l’étranger et vers ses compatriotes” (23). Dans cette optique, Constantinescu constate que si le phénomène de la retraduction s’observe dès le dix-neuvième siècle, il est de plus en plus fréquent en littérature pour la jeunesse. En guise d’exemple, elle retrace des contes français traduits en roumain, au dix-neuvième siècle, qui se caractérisent plus par des “imitations et des localisations.” Ces catégories floues se définissent par la manière dont l’auteuradaptateur les nomme en sous-titre générique. Jusqu’au début du vingtième siècle, les contes de Perrault en version roumaine sont perçus surtout comme des contes pour enfants, selon la collection et le format qui les accueillent, mais au début du siècle suivant, ces contes s’orientent vers un public adulte, à travers un dialogisme intertextuel raffiné. Les contes de Perrault, notamment, subissent de nombreuses transformations lorsque le traducteur et l’éditeur souhaitent leur donner une touche “pédagogisante” (30). Dans la veine des contes et de leur retraduction, Roberta Pederzoli s’intéresse aux contes de Perrault qui ont été retraduits en Italie de 2000 à 2013, pour s’attarder sur de nombreuses questions telles “la relation entre approches, stratégies traductives et degré de canonisation de l’ouvrage à traduire [. . .]” (53). Dans un contexte marqué par l’abondance d’éditions variées, l’analyse de plusieurs cas de figures d’éditions et de retraductions récentes de contes en prose de Perrault met en évidence la valeur prestigieuse de ces textes, leur statut “classique,” en plus de souligner leur caractère raffiné et soigné, caractéristiques qui justifient une nouvelle traduction. Outre la valeur du texte, Roberta Pederzoli constate que l’édition est également marquée “par la renommée du traducteur et/ou de l’illustrateur” et liée “à la réputation de la collection; à la présentation d’un péritexte plus ou moins [End Page 197] brillant et littéraire qui fonctionne en synergie avec le texte” (65), légitimant encore plus l’œuvre de départ. En dernier lieu, la traductrice note la tentation de la “manipulation” et souligne combien la limite est floue entre traduction et adaptation/ réécriture pour répondre aux exigences projetées pour rejoindre le public cible. Au vingt et unième siècle, en Italie, plusieurs conceptions — souvent conflictuelles — note l’auteur, coexistent entre la littérature de jeunesse et sa traduction, selon les sphères littéraires et pédagogiques présentes. La deuxième partie “Retraduire l’oralité et la musicalité, entre création et retour à l’œuvre” est introduite par l’article de Françoise Thau qui s’intéresse au Livre de la jungle publié en français (71–88). L’auteure dresse un bref historique de l’œuvre (dates et lieux de parution en anglais), puis se concentre sur les traductions parues en France à près de cent ans d’intervalle, soit celle...

pdf

Additional Information

ISSN
2156-9428
Print ISSN
1552-3152
Pages
pp. 197-200
Launched on MUSE
2017-01-28
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.