In lieu of an abstract, here is a brief excerpt of the content:

Reviewed by:
  • Remembering French Algeria: Pieds-Noirs, Identity and Exile by Amy Hubbell
  • Catherine Slawy-Sutton
Hubbell, Amy. Remembering French Algeria: Pieds-Noirs, Identity and Exile (Lincoln: U of Nebraska P, 2015). Pp vii-xiii; 255. ISBN 978-0-8032-6490-8. $55 (Hardcover).

Parmi les communautés qui ont vécu guerres, départs, exodes ou exils, on pense souvent aujourd’hui aux Harkis ou immigrés en France, ou encore aux réfugiés actuels en Europe. S’intéressant à un groupe en revanche moins étudié d’un point de vue académique, Hubbell interroge la mémoire des Pieds-Noirs, suite aux traumatismes que ces derniers ont subis dans les années 1960 après la guerre d’indépendance de l’Algérie (abandon, départ, rejet) et depuis (guerre des mémoires, lutte contre l’engloutissement dans l’oubli). Elle élargit la définition des « Pieds-Noirs » — d’habitude appliquée à la génération des Français nés dans la colonie et arrivés en France à l’âge adulte entre 1954 et 1962 — et, à partir de textes littéraires et visuels, étudie un éventail plus large de mémoires chez ce peuple également déplacé.

Une question primordiale tient à la difficulté de départir « histoire » et « mémoire » : comme le problématise le sociologue Eric Savarèse, « les mémoires ont pris le pas sur l’histoire » (42). Depuis les années 90 surtout, les Pieds-Noirs ne se lassent pas de transmettre le souvenir d’une Algérie coloniale où les peuples vivaient côte à côte en harmonie (21). La plupart de leurs écrits (témoignages, récits personnels ou de voyage) sont autobiographiques et souscrivent à l’urgence de donner leur version de l’histoire, pour eux nécessairement séparée de celle de l’histoire de France (23). Or, la mémoire est une force puissante de manipulation, particulièrement chez les peuples en voie de disparition. Beaucoup de Pieds-Noirs « believe it is possible to eternalize a recognizable true version of Algerian history through their writing » (49) : de peur d’être effacés, soucieux de se créer dans l’exil un sens d’unité communautaire, ils sont poussés à transmettre une mémoire unique.

La première partie du livre, « Repeat », étudie comment, par la technique de répétition, les Pieds-Noirs tentent de rendre une version fixe de l’histoire plutôt que de faire face au passé. La deuxième partie, « Return », analyse le rôle du retour en Algérie dans la construction de leur identité. A partir de ces deux motifs symptomatiques, la critique se concentre essentiellement sur plusieurs textes de Marie Cardinal : objet de nombreuses recherches sur l’écriture féminine, son œuvre a moins été analysée comme type d’écriture surgie du [End Page 149] trauma pied-noir, alors qu’elle en semble la plus emblématique. La critique inclut également ses interprétations de quelques versions non-littéraires du discours Pied-Noir, telles que films amateurs sur les pèlerinages en Algérie, manifestations et fêtes de commémoration. De même que Cardinal reprend de texte en texte des scènes de son passé algérien, les retransmettant parfois sans changement, les Pieds-Noirs continuent de panser leurs plaies, désireux de retrouver leur époque et leur terre, incapables de s’en détacher. Pour Hubbell, les textes pieds-noirs deviennent alors représentatifs d’un besoin de perpétuellement re-créer le passé et de se rattacher en imagination à leur terre ; ils s’associent à un seul discours identitaire collectif.

Ainsi, l’écriture pied-noire, « although not always intentionally, justifies the colonial position » (48). La thèse avancée est que le traumatisme se répète d’œuvre en œuvre, semblable à l’illusion de douleur qui touche un amputé : incapacité de dépasser les sentiments de nostalgie et d’accepter la coupure avec la terre natale, sublimation du passé, aveuglement à la réalité présente de l’ancienne colonie. Si cette communauté tente par là de faire son travail de deuil, elle semble, selon Hubbell, vouée à l’échec et ne pourra pas...

pdf

Additional Information

ISSN
2166-5486
Print ISSN
1077-825x
Pages
pp. 149-150
Launched on MUSE
2016-12-30
Open Access
No
Back To Top

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Without cookies your experience may not be seamless.